Amérique du nordAsieBusinessEtudesEuropeFinTechInvestissementsLes levées de fondsTech

Le Top 5 des pays où naissent les nouveaux champions de la Fintech

Les montants investis à l'échelle mondiale dans le secteur des Fintech ont été multipliés par deux entre 2014 et 2015, passant de 17,8 milliards de dollars à 38,1 milliards de dollars. En France, ces derniers ont plus que doublé, passant de 65 millions de dollars en 2014 à 18 millions de dollars en 2015, selon des données compilées par VB Profiles. La plateforme de business intelligence a présenté cette semaine son Landscape du secteur des Fintech, en partenariat avec Deloitte et des acteurs du secteur comme Streamdata.io, Fintech Mag ou encore Kantox.

Les auteurs de ce «Landscape» ont d'abord sélectionné les sociétés qu'ils considéraient comme les principales Fintech à l'échelle mondiale: 1 046 sociétés ont ainsi été retenues (précisons que la définition d'une Fintech retenue par VB Profiles est large, et inclut notamment des sociétés comme Mastercard ou bien Visa). Ils les ont ensuite classifiées par grands métiers (banque mobile, paiements, investissements, financement et assurance), ainsi que par transversales (des technologies telles que la blockchain, ou encore les plateformes). Au-delà de cette classification, le landscape est également un outil d'analyse dynamique du secteur. 

La France en dehors du Top 5

Premier constat de l'analyse réalisée grâce au landscape: si près de la moitié des entreprises identifiées sont localisées aux Etats-Unis (516 entreprises), d'autres pays émergent, comme le Royaume-Uni (133 sociétés), mais surtout l'Inde (49 sociétés), la Chine (31 sociétés), ou encore l'Allemagne (28 sociétés) et l'Australie (24 sociétés). L'Inde et la Chine disposent d'un avantage considérable: la taille de leur marché, bien plus important que d'autres pays. 

Autre constat, le nombre de sociétés qui se créent dans ce secteur ne cesse d'augmenter. Ce sont ainsi 522 nouvelles entreprises qui ont vu le jour entre 2011 et 2015, contre 288 entre 2006 et 2010, soit près du double. A l'échelle de la France, 58 nouvelles Fintech ont été créées depuis 2011. Le crowdfunding est sans surprise le métier le plus attractif, avec 32 nouvelles sociétés qui se sont lancées sur le métier du prêt aux particuliers ou aux entreprises depuis 2013. Les solutions de paiement mobile ainsi que les banques mobiles attirent également les nouveaux acteurs (13 nouvelles sociétés dans chacun des métiers depuis trois ans), ainsi que les crypto-monnaies (15 nouvelles sociétés). 

Des investissements qui se concentrent sur le prêt et l'assurance depuis 2013

En termes d'investissements également, certains métiers bénéficient d'une plus grande attractivité auprès des investisseurs. Le crowdfunding arrive de nouveau en tête, avec 3 milliards de dollars qui ont été investis depuis 2013 dans des solutions de prêts (en direct ou entre particuliers). L'assurance arrive à la seconde place, avec 2,2 milliards de dollars investis depuis trois ans. Enfin, les outils et les logiciels métier ont également bénéficié d'un fort soutien des investisseurs, avec 697 millions de dollars investis. 

vb-profiles-fintech-landscape-2016

En France, VB Profiles a recensé 46 levées de fonds dans le secteur (vraisemblablement depuis son émergence, ndlr). La société a noté la participation de 35 investisseurs différents dans ses opérations, chacun investissant plutôt dans une seule Fintech. Seuls quelques investisseurs ont investi dans plusieurs sociétés en parallèle, à l'image de Kima Ventures ou 360 Capital Partners (qui ont fait trois prises de participation chacun), ou encore dIDInvest et de Partech Ventures (deux prises de participation).  

Des services encore méconnus du grand public

Les experts du Landscape ont malgré tout cherché à tempérer l’engouement des écosystèmes Tech pour ce secteur. 6 Français sur 10 n’ont ainsi jamais entendu parler de Fintech, et seuls 4 Français sur 100 déclarent l’utiliser, selon une étude Deloitte publiée en début d’année. Il convient de rappeler qu'un grand nombre de Fintech commercialisent leurs solutions en marque blanche à des institutions bancaires. Les utilisateurs finaux de leurs services ne sont donc pas toujours conscients d’utiliser un service développé par une Fintech.

Parmi les grandes tendances à surveiller, on retiendra l'émergence de robot advisors, qui font évoluer le métier de conseiller financier en profondeur, ainsi que l'assurance, qui doit totalement repenser son modèle économique pour s'adapter aux nouveaux usages et aux nouvelles technologies (voitures connectées, smart homes, etc.). 

LIRE aussi: La vérité sur…Le secteur des Fintech VS les banques traditionnelles

Fintech en France: entre fièvre autour des nouveaux services et univers réglementé…

Les articles de la semaine Spéciale Fintech Frenchweb 

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits
Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

Claire Spohr

Chargée d'études au sein de la rédaction.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This