ActualitéBusinessInvestissementsLes levées de fondsTransport

Uber s’entoure des grandes banques pour lever 1,15 milliard de dollars sous forme de dettes

Uber n’en finit plus de lever des fonds. La société californienne vient de boucler un nouveau tour de table de 1,15 milliard, par émission d’obligations, selon une information rapportée par le Wall Street Journal. Comme en janvier 2015 auprès de Goldman Sachs pour lever 1,6 milliard de dollars, la plateforme de VTC a décidé de s’orienter vers le marché de la dette. Morgan Stanley, Barclays, Citigroup et à nouveau Goldman Sachs ont pris part à l’opération.

Cela contraste avec les levées de fonds précédentes d'Uber, très souvent réalisées en capital-risque. Toutefois, pour ne jamais se retrouver à cours d'argent, la société californienne dispose d'un fonds d'investissement opaque, géré par deux banques privées de renom, Morgan Stanley et Bank of America Merrill Lynch (via un fonds similaire). Baptisé «New Rider LP», il est exclusivement réservé aux grandes fortunes qui souhaitent investir dans Uber.

La finalisation de cette levée de fonds intervient un mois après un tour de table colossal de 3,5 milliards de dollars bouclé auprès du fonds souverain saoudien. Depuis cette transaction, Uber n’avait pas relâché ses efforts en la matière. A la mi-juin, le WSJ révélait ainsi que l’entreprise basée à San Francisco cherchait à lever entre 1 et 2 milliards de dollars (soit entre 891 millions et 1,78 milliard d’euros environ). 

15 milliards de dollars de dette globale

C’est désormais chose faite avec cette opération qui porte à 15 milliards de dollars le montant total de la dette globale de la plateforme de VTC depuis sa création en 2009. Initialement, Uber souhaitait obtenir un rendement de 4% à 4,5% pour ce tour de table. Durant les négociations, la société californienne a fini par lâcher du lest en souscrivant un prêt à taux fixe de 5%.

Ce nouvel investissement doit permettre à Uber de conserver son avance sur une concurrence de plus en plus rude. En mai, Apple a notamment injecté 1 milliard de dollars dans le capital de Didi Chuxing, leader du secteur des services de transport avec chauffeur en Chine. A la même période, Volkswagen a annoncé un investissement de 300 millions de dollars dans l’application israélienne Gett (ex-GetTaxi). Au début de l’année, General Motors avait également choisi de se lancer dans la course en apportant une participation de 500 millions de dollars au sein de Lyft, principal rival d’Uber aux États-Unis.

Lire aussi : Le fonds secret d’Uber pour ne jamais manquer de cash

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This