A la uneActualitéActualité Start Me UpBordeauxEuropeStart Me Up

Les Bordelais de Demooz lèvent 800 000 euros pour convertir les particuliers en démonstrateurs

Demooz, la plateforme qui permet de tester un produit chez un particulier avant de l'acheter, annonce une deuxième levée de fonds de 800 000 euros réalisée auprès de ZTP, Side Capital et Bpifrance. La société bordelaise avait fait un premier tour de table de 210 000 euros en 2015 et assure s'être développée sur fonds propres.

La plateforme ne prend pas de commission sur les ventes de produits, mais elle facture sur abonnement les marques qui souhaitent faire partie de son «catalogue». Dans son modèle, Demooz a aussi noué des partenariats avec des fabricants de produits électroniques tels Dyson, OnePlus, Magimix, Epson, HTC. En pariant sur cette étape précédant l'achat, Demooz agrège des données pour les marques et les retailers. Elle promet aussi «une nouvelle expérience pour les consommateurs». La plateforme, qui compte se positionner sur le marché du «showrooming», revendique une communauté de 45 000 utilisateurs. «Demooz formalise une étape du parcours client pendant laquelle la marque ou le retailer n'avaient encore pas ou peu d'interactions.»

Avec cette levée de fonds, Demooz compte développer son service commercial et s'étendre en France et à l'étranger. 

Fondateur: Frédéric Tourrou, Geoffrey Vidal, Régis Vidal

Siège: Bordeaux

Date de création: 2013

Levée de fonds: 210K en 2015

Tags

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Les Bordelais de Demooz lèvent 800 000 euros pour convertir les particuliers en démonstrateurs
FoodTech: pourquoi Uber rachète le service de livraison Postmates pour 2,65 milliards de dollars
Criteo
Coronavirus: Criteo estime l’impact de la crise à 40 millions de dollars
Shanghai: le Chinois Smic prévoit la plus grosse introduction en Bourse depuis une décennie
5G: « Il n’y aura pas un bannissement total » de Huawei sur le marché français
SoLocal: un accord de refinancement lui permet de « sécuriser l’apport de 117 millions d’euros »
Esport: 10 ans après le phénomène League of Legends, Riot Games lance un nouveau jeu
Share via
Copy link