ActualitéBusinessHealthcareTech

Les Hôpitaux de Paris signent avec Doctolib pour proposer la prise de rendez-vous en ligne

  • Avec Doctolib, les patients auront la possibilité de prendre un rendez-vous en ligne avec l’un des 9 000 médecins de l’AP-HP d’ici juin 2018.
  • En s’alliant avec Doctolib, l’AP-HP vise 1,2 million de rendez-vous pris en ligne chaque année, sur 4 millions de consultations.
  • Doctolib revendique 19 500 professionnels de santé, 540 établissements et 8,2 millions de visites par mois sur sa plateforme, en France et en Allemagne.

 

L’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) mise sur le numérique pour faciliter les démarches des patients et le travail de son personnel. L’organisme a ainsi conclu un partenariat avec la start-up française Doctolib, spécialisée dans la prise de rendez-vous en ligne chez les professionnels de santé. Dans le cadre de cet accord, les patients auront la possibilité de prendre un rendez-vous en ligne avec l’un des 9 000 médecins de l’AP-HP d’ici juin 2018. Ce partenariat est issu de l’appel d’offres de l’AP-HP remporté par Doctolib à la mi-2016.

La prise de rendez-vous en ligne gratuite, accessible sur les sites ou applications mobiles de l’AP-HP et de Doctolib, est d’ores et déjà disponible pour 8 établissements de l’AP-HP (Antoine-Béclère, Bicêtre, Paul-Brousse, Saint-Antoine, Rothschild, Tenon, Trousseau et plusieurs services de Pompidou). La fonctionnalité sera prochainement étendue à Avicenne puis «au rythme d’un centre hospitalier par mois», indique l’AP-HP.

1,2 million de rendez-vous pris en ligne sur 4 millions de consultations par an 

Au total, le service sera proposé pour les 39 établissements de l’institution à l’horizon 2018. En s’alliant avec Doctolib, l’AP-HP vise 1,2 million de rendez-vous pris en ligne chaque année, sur 4 millions de consultations. Le coût du déploiement de ce dispositif est évalué «entre 1 et 2 millions d’euros sur la durée du marché (quatre ans)» par l’AP-HP. A travers ce partenariat, l’organisme entend réduire le nombre de rendez-vous qui ne sont pas honorés, notamment via les SMS de rappel envoyés aux patients.

Pour Doctolib, start-up lancée en 2013 par Stanislas Niox-Chateau, Jessy Bernal et Ivan Schneider, cela lui permet de franchir un cap supplémentaire en proposant pour la première fois sa solution à une structure aussi grande. A ce jour, la société revendique 19 500 professionnels de santé, 540 établissements (cliniques privées, centres de santé et établissements privés à but non-lucratif) et 8,2 millions de visites par mois sur sa plateforme, en France et en Allemagne. En janvier, l’entreprise a levé 28 millions de dollars pour renforcer ses effectifs. Elle compte ainsi embaucher 150 employés en 2017 pour permettre à la société de lancer son service dans de nouveaux pays.

Lire aussi : 

Bouton retour en haut de la page
Les Hôpitaux de Paris signent avec Doctolib pour proposer la prise de rendez-vous en ligne
Comment Block (ex-Square), la FinTech de Jack Dorsey, veut démocratiser le minage de bitcoin
Avec 25,5 milliards de dollars levés en 2021, la Tech londonienne domine l’Europe
[SEED] Stoïk lève 3,8 millions d’euros auprès d’Alven Capital et Kima Ventures pour assurer les PME contre les cyberattaques
Google demande l’annulation d’une amende de 100 millions d’euros reçue de la Cnil pour ses cookies
[Serie A] Unkle lève 10 millions d’euros pour assurer les propriétaires et se porter garant des locataires
Comment Rosaly veut démocratiser l’acompte sur salaire en France