A la uneActualitéAmérique du nordMarketing & CommunicationMedia

Les vidéos produites pour le Web surpassent le légendaire prime-time aux États-Unis

C'est le début de la fin d'une institution. Pour la première fois outre-Atlantique, les vidéos Web "originales" ont surpassé la popularité des émissions en prime-time diffusées sur les chaînes TV américaines, d'après une étude de l'IAB et l'insititut GfK publiée mercredi 11 mai. De fait, 62% des spectateurs interrogés ont indiqué qu'ils préfèraient regarder ces vidéos produites et diffusées uniquement sur le Web, que les programmes TV diffusés en première partie de soirée. Raison principale: les consommateurs indiquent qu'ils peuvent choisir le moment idéal pour les regarder.

26% d'adultes déclarent désormais regarder régulièrement des émissions vidéos originales destinées au Web (ODV), d'après l'échantillon de l'étude. Pour rappel, l'IAB est l'association qui représente les intérêts des éditeurs, des groupes médias et des marketeurs américains sur Internet. 

Ces trois dernières années, le nombre de spectateurs regardant des vidéos digitales originales est ainsi passé de 45 millions en 2013, à 63 millions en 2016. Autre tendance, ces nouveaux consommateurs ne représentent pas seulement des populations jeunes ou de la classe moyenne. Le revenu médian des foyers consommant ce type de vidéo Web a aussi augmenté de 9% sur la période. 

Capture d’écran 2016-05-12 à 13.18.53

Cette catégorie ODV est la seule en croissance, comparée à la TV en ligne (les replay) ou les vidéos Web d'amateurs, qui, elles, stagnent en terme de popularité. Et pour cause. La perception des contenus originaux produits pour le Web est plus positive que pour les formats TV. Ils sont en effet perçus comme «jeune, à regarder n'importe où et unique». Leur diffusion bénéficie aussi de deux armes majeures: «le bouche-à-oreille et les réseaux sociaux», précise l'étude. Ces consommateurs ont d'ailleurs plus d'interactions sur le Web, ce qui assure une promotion naturelle de ces contenus originaux.

Capture d’écran 2016-05-12 à 13.17.55

L'IAB rappelle enfin l'importance pour les marketeurs d'intégrer les ODV dans leur stratégie publicitaires. Dans une autre étude, l'association montrait que les revenus publicitaires de la télévision arrivaient désormais en deuxième position, après Internet.

Capture d’écran 2016-05-12 à 13.21.15

Méthodologie: L'IAB (la branche américaine) s'est associée à l'institut GfK, afin de connaître les pratiques et les usages des consommateurs. C'est la quatrième édition de cette étude qui se concentre sur la consommation des vidéos web dites «originales», c'est-à-dire produite et diffusée uniquement pour Internet. Cette année, un échantillon d'invidus âgés de 18 ans et plus, et qui n'ont aucune souscription à une offre par le câble (des digital only), ont été ajoutés. Dans le détail, les réponses de plus de 1 907 consommateurs ont été analysées, incluant 638 consommateurs des émissions de la TV en ligne, 707 regardant des contenus amateurs, 626 consommateurs de contenus digitaux vidéos originaux (chaînes YouTube etc). Chaque profil a du indiquer quelle était la fréquence de leurs visionnages, leurs préférences, etc., selon les contenus. 

Tags

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

2 commentaires

  1. Merci pour cet article particulièrement intéressant. Le pouvoir des vidéos digitales est évident et un enjeu majeur pour les marques et marketers. Une mutation des contenus et des stratégies.

  2. Bel article ! En effet, l’étude de l’IAB confirme une tendance. Selon le baromètre de l’Expérience marchande connectée de Digitas & Vivaki, plus de 92 % des consommateurs se renseignent sur Internet avant d’aller en magasin. Le « vu à la TV » est d’ores et déjà supplanté par « vu sur internet » !
    Les budgets de la marque entreprise doivent se tourner vers des nouveaux formats comme la web série d’entreprise.

Les vidéos produites pour le Web surpassent le légendaire prime-time aux États-Unis
La startup Element AI lève 150 millions de dollars pour aider les entreprises à adopter l’intelligence artificielle
Vers la fin des contenus clickbait sur Google?
WeWork confirme son intention d’entrer en Bourse et restreint les pouvoirs de son PDG
[DECODE] Comment Instagram a fait exploser ses revenus publicitaires
Les offres d’emploi de la semaine
Des employés à temps partiel de Whole Foods (Amazon) privés de leurs avantages médicaux
Libra: « Nous n’avons pas vocation à jouer les pirates »
[Made in Bordeaux] Ça bouge dans l’écosystème!
Enquête aux Etats-Unis sur un système de freinage automatique de Nissan
Téléconsultation: la consolidation se poursuit avec le rapprochement des startups Medadom et Docadom