ActualitéAmérique du nordMoyen Orient

L’Iran dit n’avoir subi aucun dégât à cause de présumées « cyberattaques » américaines

AFP

Téhéran a assuré lundi n’avoir subi aucun dégât à la suite de « cyberattaques » qui auraient été lancées, selon la presse américaine, contre des systèmes de défense iranien par les Etats-Unis.

« Les médias s’interrogent sur la véracité de présumées cyberattaques contre l’Iran. Je dois dire que cela fait longtemps que nous faisons face au cyberterrorisme […] et à l’unilatéralisme » des Etats-Unis, a déclaré lundi  sur Twitter le ministre des Télécommunications, Mohammad Javad Azari-Jahromi. « Aucune de leurs attaques n’a réussi alors qu’ils font beaucoup d’efforts en ce sens », a-t-il affirmé. « L’an dernier, nous n’avons pas fait échouer une attaque, mais 33 millions » grâce à un nouveau système de défense informatique, a-t-il ajouté.

Deux cyberattaques présumées

Samedi, des médias américains ont rapporté que les Etats-Unis avaient lancé des cyberattaques contre des systèmes de lancement de missiles et un réseau d’espionnage iraniens, deux jours après la destruction par Téhéran d’un drone américain. Le président américain Donald Trump a annulé à la dernière minute des frappes programmées contre l’Iran après la destruction de ce drone de surveillance le 20 juin. Il a en revanche autorisé secrètement des représailles sous forme de cyberattaques contre les systèmes de défense iraniens, ont affirmé Yahoo! News et le Washington Post.

Selon le Washington Post, une des cyberattaques a visé des ordinateurs servant à contrôler des lancements de missiles et de fusées. Selon Yahoo! News, l’autre attaque informatique a frappé un réseau d’espionnage chargé de surveiller les passages de navires dans le détroit d’Ormuz. D’après le Washington Post, ces cyberattaques, planifiées depuis plusieurs semaines, avaient été initialement proposées par les militaires américains comme riposte contre les attaques mi-juin contre des pétroliers dans le détroit d’Ormuz. Washington accuse l’Iran d’être à l’origine de ces attaques, ce que Téhéran nie. Interrogé par l’AFP, le ministère américain de la Défense s’est refusé à tout commentaire.

De nouvelles sanctions « majeures » à venir ?

En 2010, Téhéran avait déjà accusé les Etats-Unis et Israël d’avoir, en pleine crise sur le nucléaire iranien, créé le puissant virus informatique Stuxnet, qui avait infecté plusieurs milliers de ses ordinateurs et bloqué les centrifugeuses utilisées pour l’enrichissement de l’uranium.

Donald Trump a annoncé samedi de nouvelles sanctions « majeures » dès lundi contre l’Iran, qui a pour sa part averti les Etats-Unis que la moindre attaque contre son territoire aurait des conséquences dévastatrices pour leurs intérêts dans la région.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Share This