ActualitéRetail & eCommerce

LivingSocial, l’un des géants de l’achat groupé, voit son chiffre d’affaires chuter de 30%

L’amélioration du résultat net s’explique en grande partie par la vente de Ticket Monster

Il y a deux ou trois ans, il était l’une des star montante du secteur avec Groupon. Mais aujourd’hui, les temps semblent plus difficiles pour le géant de l’achat groupé. LivingSocial a publié ses résultats pour le premier trimestre de son exercice fiscal 2014 et enregistre une chute de 28% de ses revenus à 77 millions de dollars, contre plus de 107 millions un an plus tôt à la même période.

Et si l’entreprise affiche un résultat net de 177 millions de dollars – contre 45 millions de dollars de perte l’an passé -, c’est en grande partie grâce à la vente de Ticket Monster pour 260 millions de dollars en janvier dernier à Groupon, même si la société parle également d’une amélioration de sa base de coûts.

« En Septembre 2013, LivingSocial a annoncé un recentrage stratégique qui renforce l’innovation de marché, le développement de produits, et le marketing aux États-Unis et dans d’autres régions dans lesquelles nous opérons » explique John Bax, le directeur financier qui évoque notamment une extension de ses services à de nouveaux marchands et l’amélioration des applications mobiles.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
LivingSocial, l’un des géants de l’achat groupé, voit son chiffre d’affaires chuter de 30%
Wrike
Citrix s’apprête à racheter la plateforme de travail collaboratif Wrike pour 2 milliards de dollars
Portées par le confinement, les ventes de jeux vidéo se sont envolées en 2020
Après avoir été propulsée par le Covid en 2020, quel avenir pour la téléconsultation?
Apple se dit prêt à réintégrer le réseau social conservateur Parler sous conditions
Deliveroo valorisé 7 milliards de dollars avant une possible entrée en Bourse
Loin des fantasmes, pourquoi les futures smart cities ne seront pas des villes 100% Tech