Actualité

Cap Digital Fast Track: un programme pour financer plus vite les startups en hyper croissance

Le pilote s’inscrit dans le cadre du Pass French Tech, qui donne accès plus rapidement à une palette de services de la Bpi, de Coface, de l’Inpi et d’Ubifrance. 

Cap Digital lance Cap Digital Fast Track, le pilote du programme national Pass French Tech. Ce programme s’inscrit dans le cadre de l’initiative La French Tech, portée par la Ministre de l’Economie Numérique Fleur Pellerin.

Le Pass French Tech donne accès à l’ensemble des services premium de Bpifrance, Coface, INPI, Ubifrance, auxquels s’ajoutent les services premium de Cap Digital, et le réseau d’experts métier, facilitant ainsi la détection et la sélection des entreprises à plus fort potentiel.

Stéphane Distinguin, Président de Cap Digital, détaille cette nouvelle initiative :

FrenchWeb: Les entrepreneurs rêvent d’un guichet unique d’aides et de soutien à la création. Est-ce le cas avec le programme que vous lancez ?

crop_StephaneDistinguinStéphane Distinguin: Cap Digital Fast Track est le pilote du programme Pass French Tech qui s’inscrit dans le cadre de l’initiative La French Tech initiée par Fleur Pellerin. Ce programme s’adresse prioritairement aux entreprises à très fort potentiel et leur propose de simplifier et d’accélérer l’accès aux accompagnements des pôles de compétitivité, de Bpifrance, de la DGCIS, d’Ubifrance, de la Coface et de l’INPI, de l’AFIC aussi qui représente les investisseurs en capital.

Il s’agit donc d’une offre unique destinée aux entreprises du numérique en hyper croissance et conçue par ceux qui les connaissent le mieux en entendant leurs retours et leurs aspirations.

Pour faire simple, on peut penser au « si tu ne viens à Lagardère (celui du Bossu !), c’est Lagardère qui ira à toi » des films de capes et d’épées (https://www.youtube.com/watch?v=r97Op5U2K8s) ou imaginer un coureur auquel on proposerait un ravitaillement en course, dans le mouvement, et pas en lui demandant de se détourner de son parcours, et d’attendre derrière un guichet…

La rapidité d’exécution est un facteur décisif dans la compétition internationale, il était donc indispensable que les organismes nationaux du financement et du développement des entreprises de croissance s’associent pour répondre à cet enjeu. Nous sommes heureux chez Cap Digital d’avoir participer à la construction de ce programme et de lancer aujourd’hui son pilote. Les entreprises peuvent dès aujourd’hui candidater au programme « Cap Digital Fast Track » pour bénéficier du Pass French Tech, pour une durée d’un an renouvelable. http://www.capdigital.com/cap-digital-fast-track/

FW: Pouvez-vous détailler les « services premium  » de BpiFrance, Coface, INPI, et Ubifrance ? 

S.D: Le programme donne accès de manière simplifiée, accélérée et prioritaire à l’ensemble des services des partenaires (et en cela c’est déjà inédit) : Bpifrance, Coface, INPI, Ubifrance, AFIC :

–         Accès prioritaire, simplifié et accéléré : un dossier unique, un interlocuteur dédié auprès de chaque partenaire.

–         Processus de sélection réactif et coordonné : un comité de sélection unique se réunissant 6 fois par an. Les premiers comités de sélection se réuniront le 28 mars et le 4 juin.

–     Visibilité renforcée via les supports de communication, les événements de chaque partenaire et les campagnes de promotion internationale opérée par la French Tech.

A ces services, Cap Digital ajoute, en tant qu’opérateur du pilote, les services premium de Cap Digital, ainsi que son réseau d’experts métier (ces personnes qui sont au coeur de l’offre et du fonctionnement du pôle de compétitivité), facilitant ainsi la détection et la sélection des entreprises à plus fort potentiel. Les services premium de Cap Digital sont : l’accompagnement pour le design UI/UX, le financement de la R&D, l’aide à la levée de fonds (Digital Diag et label Entreprise Innovante des Pôles), mise en relation qualifiée avec les grands comptes et Scale Up (programme d’accélération vers le marché US avec un partenaire dans la Silicon Valley)

FW: Quelles sont les conditions du Pass French Tech ? 

S.D: A ce stade, et nous commençons à peine notre pilote, nous avons décidé de rendre éligibles les startups et PME réalisant un chiffre d’affaires de 100 000€ à 50 millions d’euros, dont les dirigeants sont actionnaires, justifiant d’au moins 2 ans d’activité. L’évaluation des entreprises reposera sur les éléments financiers (taux de croissance annuel moyen) et éléments métier (marché, technologie et track record des dirigeants, etc.).

Le critère critique est l’hyper croissance de leur développement. Nous avons collectivement défini pour cela des pré-requis pour prétendre à ce PASS FRENCH TECH. Nous avons créé trois stades de maturité basés sur le chiffre d’affaires généré : de 100 k€ à 3 M€, de 3 M€ à 10 M€ et enfin de 10 M€ à 50 M€. Nous croisons ces éléments avec les taux de croissance du CA attendus et adaptés à chaque stade de maturité.

FW: Exemples de startups concernées ?

SD: Délicat pour nous de mettre en avant quelques start up à ce stade et avant la réunion de notre premier comité de sélection.

En prenant des exemples a posteriori, notre idée était dès le départ de nous dire que nos grands champions auraient dû TOUS passer par ce dispositif : Criteo, Talend, Dailymotion, Deezer, Kxen, Blablacar, Appgratis, Pretty Simple…

Pour encore quelques jours (28 mars), il faut respecter  les startup candidates et les membres du comité de sélection. Nous pouvons néanmoins indiqué que plusieurs startup identifiées qui seront présentées à ce premier comité n’ont que très rarement fait appel au soutien des organismes publiques partenaires…

Tags

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Cap Digital Fast Track: un programme pour financer plus vite les startups en hyper croissance
Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux
Coronavirus : Orange limite la casse au premier semestre
Kiosques en ligne : Cafeyn s’offre le Néerlandais Blendle pour devenir un champion européen
Samsung: le confinement propulse le bénéfice net du groupe à près de 4 milliards d’euros
Mode : une course à la digitalisation nécessaire
Malgré Trump, Huawei devient le numéro un mondial des smartphones
Copy link