BusinessTechTransport

Olivier Fernandes (Colibee) : «Le business model d’Uber ne sera rentable qu’en réduisant ses coûts»

Fondé en 2008 et vu comme une alternative économique et flexible aux taxis traditionnels, Uber est aujourd’hui dans la tourmente. Malgré une valorisation à 68 milliards de dollars et une présence dans 500 villes à travers le monde, la société est attaquée régulièrement par la corporation et controversée par ses propres employés. Elle aurait d'ailleurs perdu 4 milliards de dollars depuis sa création, selon Bloomberg. Uber doit aujourd’hui réinventer son modèle pour perdurer. Le point de vue d'Olivier Fernandes, président-fondateur du cabinet de conseil en réseau Colibee.

COLIBEE_066Frenchweb Uber semble dominer aujourd'hui le marché des VTC. Un leadership qui cache toutefois des difficultés financières. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi?

Olivier Fernandes, président-fondateur de Colibee : Jusqu’à aujourd’hui, l’objectif d’Uber a été de gagner des parts de marché. Tous les investissements de cette société sont partis dans cette conquête des clients, qui a primé sur la recherche d'un business model rentable. Sans oublier que les coûts de fonctionnement d'Uber sont trop importants. Le business model d’Uber ne sera rentable qu'en réduisant ses coûts. 

Quelles solutions vous semblent les plus appropriées pour redynamiser Uber ?

O.F. : On oublie souvent que dans une plateforme il y a le producteur et le consommateur. On centre souvent les débats sur le dernier sans penser au premier. Uber, sans chauffeur, ne peut pas délivrer le service qu’il promet à ses clients. Uber doit donc être attractif aussi pour ces derniers et enrichir son modèle pour partager sa réussite davantage avec ses chauffeurs. Sachant que son business n’est pas rentable aujourd’hui, cela me semble compliqué … sauf si le modèle consiste à se passer de chauffeurs à terme.

D'après vous, est-ce qu'Uber prend exemple sur d'autres plateformes de services ?

O.F. :  Uber a lancé récemment une offre de livraison le jour-même « UberRush » et de repas à domicile « UberEats » pour diversifier son activité. Difficile donc de lire la stratégie d’Uber et de vous donner un exemple : Chauffeur Privé ? Amazon ? Deliveroo ? Ce sont des business très différents et les facteurs clés de succès sont différents également.

Pour résumer, quels sont les clés de succès d'une plateforme ?

O.F. : Une plateforme réussit si elle a un business model rentable et si elle est attractive pour ceux qui contribuent à son développement (clients et fournisseurs). Elle peut automatiser la production de ses services (voitures sans chauffeur, entrepôts automatisés, livraisons par drones, …), et dans ce cas se passer d’être attractive pour ses fournisseurs. Néanmoins toute l’économie ne pourra pas être automatisée. C’est notamment le cas des services sur mesure, comme le conseil, où le facteur humain est encore clé. Les plateformes devront là cultiver leur attractivité pour attirer et garder les meilleurs experts au plus grand bénéfice de leurs clients.

Lire aussi Juno, l’anti-Uber prêt à donner des parts de la société à ses chauffeurs

Uber dévoile sa voiture sans chauffeur

L’URSSAF attaque Uber pour travail dissimulé et veut requalifier les chauffeurs VTC en salariés

Bouton retour en haut de la page
Olivier Fernandes (Colibee) : «Le business model d’Uber ne sera rentable qu’en réduisant ses coûts»
Dans les coulisses de l’Executive Master de l’Ecole Polytechnique, l’une des plus prestigieuses écoles scientifique française
[DECODE Quantum] A la rencontre de Jean-François Morizur et Nicolas Treps, fondateurs de Cailabs
[SEED] Unlimitd lève 5 millions d’euros pour sa plateforme de financement, alternative à la levée de fonds
E-commerce: comment la startup Stockly veut en finir avec les ruptures de stock
[SEED] Retail : askR.ai lève 1,5 million d’euros pour déployer son coach virtuel en France
[SEED] Osol lève 3 millions d’euros auprès de Christophe Courtin (FLEX-O) et Romain Afflelou (Cosmo)