ActualitéAmérique du nord

Opendoor lève 20 millions de dollars pour court-circuiter les agences immobilières

A peine trois mois d’existence et la start-up américaine Opendoor boucle un tour de table de 20 millions de dollars auprès du fonds GGV Capital. Le concept de la société est assez novateur. Elle propose d’acheter les biens immobiliers pour les revendre immédiatement grâce à sa place de marché et aux données immobilières qu’elles recoupent. Basée à Phoenix en Arizona où elle opère, elle projette de s’étendre à Dallas et à Portland avec ces nouveaux fonds.

Son principal argument commercial est de réduire le temps entre la mise en vente d’un bien sur le marché traditionnel, et la signature de la promesse de vente. Celui-ci est en moyenne de trois mois, (103 jours), comme le rappelle Techcrunch. Opendoor vend aussi la gestion des documents administratifs liés à la vente, ceux liés à l’état des lieux et aux travaux à effectuer dans le bien.

Avec cinq millions de transactions immobilières entre particuliers par an aux Etats-Unis, la start-up vise un marché prometteur. Le potentiel de la société intéresse, puisque plusieurs investisseurs accompagnent GGV Capital pour cette levée (Khosla Ventures, the Mack Family, Thrive Capital, Caffeinated Capital, Sherpa Ventures, Haystack Fund, et le CEO de Instagram Kevin Systrom). Opendoor espère révolutionner les processus de vente de biens captés par des acteurs traditionnels.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Opendoor lève 20 millions de dollars pour court-circuiter les agences immobilières
Mobilité: Renault, Atos, Dassault, STMicroelectronics et Thales unissent leurs recherches
VTC: Didi Chuxing lève 1,5 milliard de dollars en dette avant son IPO
[Silicon Carne] Faut-il lever pour réussir ?
Nestor
FoodTech: Elior rachète la startup Nestor pour compléter son offre auprès des entreprises
huawei
Loi « anti-Huawei »: les opérateurs pourront finalement réclamer des indemnisations, juge le Conseil d’État
Cooptalis: comment le spécialiste de l’expatriation a adapté son offre pour faire face à la crise