ActualitéMarketing & CommunicationMediaServices

Partenariat entre Facebook et France Télévisions pour les municipales de 2014

Alors que Twitter a annoncé ce matin le lancement d’une solution de ciblage sur les programmes télévisés, « TV Ad Targeting », France Télévisions va s’associer avec Facebook en matière de télévision sociale afin de fournir une technologie d’audit complet des discussions ayant lieu sur le réseau.

La société américaine fournira des outils pour analyser les conversations des candidats dans le cadre des élections municipales de 2014. Les chaînes du groupe pourront ainsi proposer aux internautes un indicateur « buzz social » sur ses sites régionaux. « Grâce aux possibilités offertes par Facebook, le groupe France Télévisions peut désormais s’appuyer sur les outils de mesure et d’analyse proposés par le réseau social pour enrichir le contenu éditorial de ses programmes et affiner le travail sur les conversations » précise Bruno Patino, directeur général délégué aux programmes et aux développements numériques au sein du groupe audiovisuel.

Facebook fournira également des solutions de mesure de la mobilisation lors du Téléthon, et des conversations générées en ligne pendant les retransmissions des Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi. « Nous permettons ainsi à nos utilisateurs de continuer à interagir directement avec leurs émissions et leurs personnalités TV préférées lors d’événements majeurs de l’agenda politique, sportif et culturel » ajoute Laurent Solly, Directeur Général de Facebook en France.

Bouton retour en haut de la page
Partenariat entre Facebook et France Télévisions pour les municipales de 2014
[Série C] La startup belge Cowboy lève 80 millions de dollars pour accélérer la vente de ses vélos électriques connectés aux États-Unis
La stratégie de Teads pour s’imposer sur le marché très compétitif de la pub digitale
Redressement judiciaire pour Sigfox, à la recherche de nouveaux acquéreurs.
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?
[Série B] IA: InstaDeep lève 88 millions d’euros auprès du laboratoire allemand BioNTech
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France