ActualitéLes métiers du net

Pauline-Gaïa Laburte (Wild Code School): «La meilleure façon d’apprendre le code, c’est de plonger dans le grand bain tout de suite»

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

A l'occasion de la semaine de l'Emploi dans le numérique, FrenchWeb fait le tour des formations pour travailler dans le secteur digital. 

 

Basée dans cinq villes en France, la Wild Code School propose une formation intensive de 5 mois pour accéder au métier de développeur. Aucun niveau d'étude ni d'informatique n'est requis pour intégrer l'école. La prochaine session de formation se déroulera du 4 septembre 2017 au 2 février 2018.

Plus de détails avec Pauline-Gaïa Laburte, responsable du business développement de Wild Code School.

FrenchWeb: Quels sont les nouveaux métiers pour les codeurs?

Pauline-Gaia-LaburtePauline-Gaïa Laburte, responsable du business développement de Wild Code School: Le métier de développeur est par essence un métier qui évolue sans cesse. Les technologies utilisées sont en évolution constante et les développeurs doivent être en veille permanente pour continuer à se former aux dernières nouveautés. Cette compétence «d’apprendre à apprendre» est l’une des briques fondamentales de notre apprentissage. Actuellement, nous formons des développeurs Web PHP/Symfony 2 et JavaScript Fullstack. Notre école de Toulouse enseigne le développement mobile, car nous avons constaté une demande grandissante dans ce secteur.

Avec la diffusion du numérique dans tous les secteurs d’activités, d’autres métiers demandant des compétences en développement sont apparus. On voit émerger des offres pour des Product Managers ou Product Owners, qui sont en quelque sorte des Chefs de Produit 3.0 faisant le lien entre la vision stratégique du produit et les équipes techniques. Les développeurs qui ont une fibre créative peuvent aussi s’orienter vers le métier de Creative Technologist, dont le rôle est d’aider les marques à créer de nouvelles expériences pour leurs clients grâce à la technologie. Enfin, il y a le très médiatisé Growth Hacker, qui est responsable de la croissance accélérée de l’entreprise – souvent une start-up. Ces trois voies constituent de nouvelles évolutions de carrière pour les développeurs, mais il y en a bien d’autres.

Quelles sont les compétences à avoir pour accéder à ces métiers?

Pour être développeur, il faut avant tout être patient et curieux. Grâce aux technologies et au numérique, les connaissances évoluent très vite. Il faut donc savoir rester ouvert à la découverte et ne pas prétendre (déjà) tout savoir: la somme de nos connaissances est toujours inférieure à l’immensité de ce qu’il nous reste à apprendre! Il faut cultiver l’envie d’aller chercher par soi-même de nouvelles idées et solutions, apprendre à se poser les bonnes questions. S’il n’est pas besoin d’être un crack en maths pour être développeur, il faut avoir une certaine logique et être rigoureux. Surtout, le code est accessible à tout le monde, peu importe les diplômes obtenus ou non, et bien entendu aux femmes! 

Comment les étudiants peuvent-ils savoir si la formation est faite pour eux?

La Wild Code School a développé une plateforme en ligne, «Odyssey», ouverte non seulement à ses candidats mais aussi à tous ceux qui voudrait apprendre à faire leur première page de site, gratuitement. La plateforme propose des quêtes, c’est-à-dire un ensemble de tutoriels, de ressources et d’exercices présentés sous forme gamifiée. Cela permet de se rendre compte si on aime coder, débuguer, chercher des solutions, mais aussi de se familiariser avec la pédagogie de l’école. Pendant la formation, les élèves continuent à travailler sur Odyssey et l’autonomie dans l’apprentissage est mise en avant, même si nos formateurs sont présents à plein temps. Nous sommes convaincus que la meilleure façon d’apprendre le code, c’est de plonger dans le grand bain tout de suite, pas de passer des heures à étudier la théorie. Nous invitons les candidats qui réussissent les exercices en ligne à une journée d’immersion dans l’une de nos écoles, où ils peuvent se rendre compte de l’ambiance que nous cultivons, décontractée, intensive et… sans chaussures!

Quelles sont les entreprises qui recrutent dans ce secteur?

Les développeurs sont devenus incontournables dans toutes les entreprises, quelle que soit leur taille ou leur activité. Nous recevons de nombreuses offres d’emploi de start-up et de PME, en région, qui sont souvent à la recherche de talents différents, plus atypiques, que les grands groupes. Ces recruteurs s’attachent plus aux compétences et à la personnalité (nous encourageons nos élèves à mettre en avant leur côté «Wild») qu’aux diplômes. Nos élèves ont l’opportunité de faire des projets avec des clients pendant la formation. Cela leur permet d’avoir un portfolio à présenter aux recruteurs à la sortie, ce qui est crucial car tous les recruteurs regardent la qualité du code d’un développeur avant de l’embaucher. Par exemple, l’un de nos élèves, Erwan, a été recruté par la start-up Biagri en région Centre, une autre, Aizkoa, a rejoint l’agence Klanik à Marseille, tandis que l’un des anciens élèves de la deuxième promotion, Herbert, fait désormais partie de l’équipe de Jestocke.com, à Bordeaux. 40% de nos élèves intègrent une start-up, et ils sont 20% à rejoindre une agence Web et 17% une PME.

Quels sont les salaires auxquels les étudiants peuvent prétendre à la sortie de leur formation?

A la sortie de la formation, les ¾ de nos élèves effectuent un stage de 2 à 6 mois. Cela leur permet de consolider ce qu’ils ont appris pendant la formation avant de se positionner comme développeur junior sur le marché du travail. Un an après leur sortie de formation, 86% de nos élèves sont en poste (CDI, CDD, freelance). Les salaires diffèrent en fonction de leur localisation – Paris ou province – et de la technologie dans laquelle ils se spécialisent: entre 24 et 35 000 euros pour JavaScript, 25 à 35 000 euros pour du PHP et 32 à 40 000 euros pour de l’IOS/Android.

 

Photo : @Samuel Kirszenbaum

 

Localisations: La Loupe, Fontainebleau, Orléans, Bordeaux, Toulouse et Lyon

Durée de formation: 5 mois

Admission: candidature en ligne

Tarif: 6 000 euros

 

Lire aussi :

 

FrenchWeb se mobilise et organise la septième semaine de l’emploi dans le numérique (#SEN7) toute la semaine (portraits, interviews, offres d’emploi, tables rondes…). L’opération #SENFW, destinée à valoriser les opportunités d’emploi dans ce secteur, a lieu tous les 6 mois.

650*200_SEN7-VF

Bouton retour en haut de la page
Pauline-Gaïa Laburte (Wild Code School): «La meilleure façon d’apprendre le code, c’est de plonger dans le grand bain tout de suite»
Le député MoDem Jean-Noël Barrot nommé ministre délégué au Numérique
Web3 : Comment The Sandbox a attiré plus de 300 marques dans son métavers
[Nominations] Capgemini, Teads, Linxo… Les nominations de la semaine
[DECODE Quantum] A la rencontre de la startup WeLinQ
La FinTech SumUp valorisée 8 milliards d’euros après une nouvelle levée de fonds
[Made in Bordeaux] VivaTech : les startups de Nouvelle-Aquitaine en force au salon

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media