A la uneActualité

PayinTech, 2,5 millions d’euros pour peser dans le paiement sans contact des loisirs

Le montant

PayinTech, une solution de paiement par bracelet pour le secteur du tourisme et loisirs, annonce avoir réalisé une levée de fonds de 2,5 millions d'euros auprès de la Caisse des Dépôts qui investit 2 millions d'euros à travers la direction régionale Ile-de-France. Les investisseurs historiques que sont Fa Dièse et CapDecisif sont à nouveau présents. 

Doté d'une puce sans contact, la solution permet de payer directement en passant son bracelet ou une carte auprès d'une caisse de paiement, lors de concerts ou d'événements. «Ces deux dernières activités représentent désormais 10% de notre activité; nous comptons nous développer sur toutes les structures du tourisme et plus uniquemenent sur les événements. Nous avons amorçé cette nouvelle dynamique depuis deux ans», précise à FrenchWeb Louis Cabarat.

Le marché

La digitalisation du paiement lors d'événements intéresse de nombreux acteurs. Les Parisiens ne sont pas les seuls à se positionner dans le paiement sans contact, à l'instar de Sezam Labs, ou YuFlow. Payintech revendique plus de 3,2 millions d'utilisateurs en France et à l'étranger depuis sa création. Elle doit aussi compter sur la présence du Suédois iZettle, valorisée 500 millions de dollars, et qui propose, en plus du hardware, le paiement sans contact via le mobile et la gestion des données en mode CRM.

Les objectifs de la Start-up

Avec cette levée de fonds, la start-up veut accélérer sur la partie commerciale et étendre son réseau de clients en France. 

Fondateur: Bertrand Sylvestre-Boncheval et Jean-Rémi Kouchakji

Siège: Paris

Date de création: 2010

Effectifs:

Lire aussi: Tourisme connecté: les professionnels n’ont qu’une vision partielle des opportunités

Bouton retour en haut de la page
PayinTech, 2,5 millions d’euros pour peser dans le paiement sans contact des loisirs
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?
[Série B] IA: InstaDeep lève 88 millions d’euros auprès du laboratoire allemand BioNTech
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs