ActualitéBusinessProptech

Pourquoi Airbnb va payer moins de 150 000 euros d’impôts en France pour l’année 2018

AFP

La plateforme Airbnb va régler moins de 150 000 euros d’impôts en France pour 2018, sur un chiffre d’affaires proche de 10 millions d’euros qui ne comprend cependant pas les revenus de son activité principale, la location de logements touristiques, engrangés par le groupe en Irlande. Selon les comptes de l’an dernier déposés par Airbnb France et consultés par l’AFP, confirmant une information publiée mercredi par le magazine Challenges, la filiale de la plateforme dans l’Hexagone va régler 148 138 euros d’impôt sur les bénéfices au titre de l’année 2018, contre 161 330 euros pour 2017.

Ces bénéfices se sont élevés à 354 841 euros pour un chiffre d’affaires de 9,94 millions d’euros l’an dernier, contre 329 118 euros et 7,63 millions d’euros en 2017. L’an dernier, l’entreprise a vu son taux d’imposition baisser à 28% contre 33% auparavant, en application du nouveau taux appliqué aux sociétés dont les bénéfices sont inférieurs à 500 000 euros, en vertu de la loi de finances 2017.

Les revenus générés en France perçus par Airbnb Ireland

Mais le chiffre d’affaires de près de 10 millions d’euros déclaré l’an dernier est marginal comparé à l’activité globale de la plateforme en France. En effet les revenus générés dans l’Hexagone par la location de logements touristiques -la commission de 3% réglée par le loueur, et celle de 10% à 13% payée par le voyageur- sont perçus en intégralité par la société Airbnb Ireland. Ils sont ainsi soumis à la fiscalité irlandaise, plus favorable que celle pratiquée en France. Les revenus affichés par Airbnb France ne représentent que le montant de « services de promotion et de marketing » facturé par Airbnb Ireland à Airbnb France, la rémunération des 33 salariés de la filiale française et des coûts immobiliers. De leur côté, deux organisations d’hôteliers, l’AhTop et le GNI, avaient évalué à 200 millions d’euros le chiffre d’affaires réalisé en 2017 par Airbnb en France.

Mercredi la plateforme a indiqué à l’AFP qu’elle « respecte les règles et paie toutes les taxes dues » là où elle opère, et confirmé qu’Airbnb France est détenue à 100% par une holding de la société américaine, Airbnb Holdings LLC Wilmington, immatriculée dans l’Etat du Delaware. Quelque 600 000 logements, dont 65 000 à Paris, sont proposés dans l’Hexagone, ce qui fait de la France le deuxième pays au monde pour Airbnb, après les Etats-Unis. Mercredi, la plateforme a annoncé que 8,5 millions de Français ont utilisé ses services l’été dernier, entre le 1er juin et le 31 août, dont près d’un quart, soit deux millions de personnes, pour la première fois.

Parmi ces 8,5 millions de Français utilisateurs d’Airbnb, six voyageurs sur dix ont réservé dans l’Hexagone. Ceux qui sont partis à l’étranger ont choisi en priorité l’Espagne, l’Italie, le Portugal et le Royaume-Uni. En juillet, la plateforme de location touristique a fini par clarifier la manière dont elle présente les offres aux consommateurs, notamment le prix total des hébergements, à l’issue de négociations avec la Commission européenne.

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Pourquoi Airbnb va payer moins de 150 000 euros d’impôts en France pour l’année 2018
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link