ActualitéBusinessTech

Pourquoi Toshiba veut céder ses parts dans Kioxia, son ancienne unité de puces-mémoires

AFP

Le conglomérat industriel japonais Toshiba a confirmé lundi son intention de vendre sa part de 40,2% dans Kioxia, son ancienne unité de puces-mémoires Toshiba Memory, et de redistribuer la majorité du produit net de cette vente à ses actionnaires. « Toshiba n’a pas d’intention stratégique de demeurer dans le segment des puces-mémoires », selon un communiqué du groupe sur sa politique de retour à ses actionnaires, qu’il a convoqués à son assemblée générale ordinaire le 31 juillet. Par conséquent, Toshiba « continue d’évaluer des moyens de monétiser » sa part de 40,2% dans Kioxia, son ancienne unité de puces-mémoires Toshiba Memory, dont il avait déjà vendu la majorité du capital en 2018 à un consortium mené par Bain Capital pour quelque 18 milliards d’euros.

Kioxia prévoit de s’introduire à la Bourse de Tokyo au second semestre 2020, et Toshiba pourrait vendre progressivement sa participation après cette opération, avait indiqué le quotidien économique japonais Nikkei en fin de semaine dernière. Kioxia est le deuxième plus grand fabricant mondial de puces-mémoires Flash Nand, derrière le sud-coréen Samsung Electronics, un marché très dynamique grâce aux smartphones, tablettes et disques durs dits SSD qui en contiennent pour stocker les données. Toshiba « prévoit en principe de redistribuer à ses actionnaires une portion majoritaire du produit net » de la vente de ses parts dans Kioxia, a précisé le groupe.

Restructurer son portefeuille après la pandémie 

Cette perspective a aussitôt fait bondir le cours de l’action Toshiba lundi à la Bourse de Tokyo: à mi-séance, le titre gagnait 6,27% à 3 470 yens, alors que l’indice vedette Nikkei stagnait (+0,09%). Toshiba a aussi indiqué qu’il étudiait également « les options disponibles » concernant ses systèmes d’intégration à grande échelle (LSI) pour semi-conducteurs et ses activités dans le domaine de l’impression. Ses activités dans l’impression sont regroupées dans une filiale cotée séparément à la Bourse de Tokyo, Toshiba Tec, dont l’action était également en forte progression lundi à la suite des annonces de sa maison mère (+6,21% à 4 270 yens).

Toshiba espère reprendre plus activement la restructuration de son portefeuille à l’automne, une fois que les marchés financiers et la pandémie seront « davantage prévisibles ». Le groupe veut notamment continuer à croître dans les services aux infrastructures et les services de données. Le conglomérat s’est considérablement amaigri et a réformé sa gouvernance depuis un retentissant scandale de falsifications de ses comptes révélé en 2015, qui lui avait causé d’énormes difficultés financières.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Pourquoi Toshiba veut céder ses parts dans Kioxia, son ancienne unité de puces-mémoires
Recrutement: pourquoi miser sur le personal branding quand on est candidat
HR Tech: les annonces qu’il ne fallait pas manquer depuis juin
Puces informatiques: dans un secteur en ébullition, AMD acquiert Xilinx pour 35 milliards de dollars
Vinted poursuit sa conquête de l’Europe avec le rachat de son concurrent United Wardrobe
Comment réussir son entretien en visio?
Médias: les Français moins enclins à payer pour s’informer que la moyenne mondiale