ActualitéBusinessStartupTech

Qonto, Firsty, Brainlinks…: le Top 5 des vidéos de la semaine

FrenchWeb a sélectionné 5 vidéos qui ont marqué la semaine.

 

[tabs]
[tab title= »Alexandre Prot, co-fondateur et CEO de Qonto »]

Qonto lève 10 millions d’euros pour s’étendre en Europe

Qonto, la banque en ligne B2B, annonce un second tour de table de 10 millions d'euros, mené par Valar Ventures et Alven Capital. La start-up a déjà réalisé une première levée de fonds de 1,6 million d'euros en janvier dernier. Cet investissement avait pour but de soutenir le développement de l'outil.

Créé en 2016 par Alexandre Prot et Steve Anavi, Qonto est un compte bancaire en ligne à destination des PME, start-up et indépendants. La société propose son service à partir de 9 euros par mois. Le prix augmente suivant le nombre de cartes demandées et le nombre de virements réalisés au cours du mois.

Lire l'article original

[/tab]
[/tabs]

[tabs]
[tab title= »Harry Knowlman, co-fondateur et CEO de Firsty »]

Firsty, l’application mobile qui vous offre chaque soir un verre dans un bar

Se voir offrir un verre chaque soir dans un bar, tel est le rêve de nombreux jeunes Parisiens. La start-up Firsty a décidé de faire de ce rêve une réalité en lançant une application mobile en avril dernier. Celle-ci permet d’accéder à une liste d’établissements partenaires dans la capitale où il est possible de consommer une boisson sans avoir à sortir le portefeuille. Toutefois, l’utilisateur de Firsty devra s’acquitter d’un abonnement de 9,99 euros par mois, sans engagement. Quand on connaît le prix d’un cocktail à Paris, l’investissement est rapidement amorti…

Voulant cultiver «l’esprit de club», les fondateurs de l’application mobile, Harry Knowlman et Kim Giaoui, ont décidé de limiter le service à 1 000 membres. A ce jour, la start-up compte près de 500 membres payants. Firsty vise la barre des 1 000 abonnés d’ici fin septembre.

Lire l'article original

[/tab]
[/tabs]

[tabs]
[tab title= »Johan Gautier, co-fondateur de Brainlinks »]

Comment Brainlinks libère le talent collectif au sein des entreprises

A l’heure de leur transformation digitale, nombre d’entreprises voient leur organisation bouleversée et cherchent à ce que les collaborateurs s’approprient la vision de l’entreprise. Face à cette tâche ardue, Brainlinks a développé des applications mobiles qui visent à recréer les conditions d’engagement, d’agilité et d’appropriation d’une petite équipe à grande échelle pour libérer le talent collectif. «Libérer le talent collectif, c’est accélérer la circulation des idées et des valeurs au sein de l’entreprise», explique à FrenchWeb Johan Gautier, co-fondateur de Brainlinks, à l’occasion de la conférence USI qui s’est tenue à Paris fin juin.

Lire l'article original

[/tab]
[/tabs]

[tabs]
[tab title= »Ludovic Broyer, fondateur d’iProtego »]

iProtego surveille l’e-réputation des entreprises et des particuliers

Pour supprimer du contenu gênant sur Internet, il existe depuis 2014 le formulaire du droit à l'oubli. Selon des statistiques de Google, près d'une demande sur 5 concernerait un Français.

En France, la société iProtego s'occupe de faire disparaître les contenus jugés inappropriés. Fondée en 2009 par Ludovic Broyer, l'entreprise a développé différents services dont Osculteo, qui analyse sur Internet tout ce qui concerne une personne ou une société. «Pour surveiller sa e-réputation, il va falloir régulièrement, très régulièrement, regarder ce qui apparaît sur votre nom et sur les mots-clés qui peuvent être associés à votre nom», détaille Ludovic Broyer, fondateur d'iProtego.

Lire l'article original

[/tab]
[/tabs]

[tabs]
[tab title= »Emmanuel Jaffelin, philosophe et écrivain »]

Faut-il punir en entreprise ?

Emmanuel Jaffelin est philosophe et écrivain. Il est l'auteur des livres «Eloge de la gentillesse» et «Apologie de la punition». Dans ce dernier, il est notamment question de la punition en entreprise. «Si on n'ose pas punir quelqu'un, quelque part on va aggraver son cas et à un moment donné ce sont d'autres personnes qui vont en pâtir», analyse Emmanuel Jaffelin, lors de la conférence USI qui se tenait à Paris les 19 et 20 juin.

Lire l'article original

[/tab]
[/tabs]

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This