A la uneActualitéEuropeObjets connectés

Qowisio lève 10 millions d’euros pour lancer un réseau public bas débit en France

Le montant : La société Qowisio a levé 10 millions d’euros pour ouvrir son premier réseau public bas-débit dédié aux objets connectés en France. Basée à Angers depuis 2009, elle a effectué ce deuxième tour de table auprès de Ouest Croissance, Go Capital, BNP Paribas et Pays de la Loire Développement.

Le marché : Qowisio connecte sur Internet des objets envoyant de très courts messages sur un réseau «ultra low-cost», à un coût compétitif et à basse consommation sur une longue portée. Qowisio est propriétaire de plusieurs brevets, notamment avec sa borne qui permet de connecter tout objet dans un rayon de 50 à 60 km. La société propose à ses clients un accompagnement sur la gamme d’objets innovants à acquérir, leur connectivité, et les applications cloud. Elle a déployé 18 réseaux privés à l’étranger.

Sur ce marché se trouve le Toulousain Sigfox qui a effectué une levée de fonds dix fois supérieure à celle de Qowisio cette année. Bouygues Telecom a également annoncé le lancement de son réseau bas débit cet été. L’acteur grenoblois Cycleo, racheté par l’Américain Semtech, est aussi positionné sur ce marché.

Les objectifs : Avec cette levée de fonds, l’entreprise veut fournir dès juin 2015 un réseau bas débit longue portée qui s’appuie sur la technologie UNB (Ultra Narrow Band). Elle prévoit une montée en volume et un chiffre d’affaires prévisionnel de 140 millions d’euros en 2020.

[tabs]

[tab title= »Qowisio : les chiffres clés »]

Fondateurs : Cyrille Le Floch, Guillaume Houssay et Jean-Samuel Reynaud.

Date de création : 2009

Siège : Angers

Levée de fonds : 500 000 euros (2012)

Effectifs : 25 salariés

CA : 15 millions d’euros en 2015.

[/tab]

[/tabs]

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “Qowisio lève 10 millions d’euros pour lancer un réseau public bas débit en France”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This