ActualitéEtudesEurope

Quand les marques nous prennent par les sentiments

La publicité en ligne a bien évolué depuis l’avénement du Web 2.0 et surtout dans sa forme. C’est la publicité vidéo qui connait le plus grand succès car elle offre beaucoup plus de possibilités qu’une simple affiche 4×3 traditionnelle ou encore une giga bannière display. L’impact sera différent, mais le moteur d’efficacité reste le même: il faut «toucher» le consommateur. L’émotion est l’un des éléments humain les plus puissants. Savoir l’utiliser constitue donc un avantage majeur pour les communicants.

D’où l’émergence du marketing émotionnel dans les campagnes de communication des entreprises. Il s’avère qu’un contenu riche en émotions va pouvoir avoir un effet sur la façon de penser de votre cible et même directement sur son comportement. Le message publicitaire devient un contenu attractif suscitant de l’émotion chez le spectateur; ce dernier partage et propage son coup de coeur et ainsi, il transforme le message publicitaire en véritable virus social. Ce processus, les marques l’ont bien compris; T-Pex,Volkswagen, Heineken en ont été les précurseurs. La réclame TV «The Force» de Volkswagen, mettant en scène un enfant déguisé en Dark Vador s’essayant aux pouvoirs de la force, a été un tel succès que la marque a pu surfer sur la tendance longtemps encore après la parution du spot. Si il y avait une seule leçon à retenir: «Connecter l’émotion à votre message.»

Nicolas Bannier

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Quand les marques nous prennent par les sentiments
Moratoire sur la 5G: Cédric O défend une «technologie indispensable» face à la maire EELV de Strasbourg
Grâce au cloud, Microsoft surpasse les attentes du marché
Quels enjeux pour Twitter, Facebook et Google face au Sénat américain?
Accenture s’apprête à acquérir le cabinet OpusLine pour se renforcer dans la santé
HR Tech: les annonces qu’il ne fallait pas manquer depuis juin
Puces informatiques: dans un secteur en ébullition, AMD acquiert Xilinx pour 35 milliards de dollars