ActualitéEtudesEurope

Quand les marques nous prennent par les sentiments

La publicité en ligne a bien évolué depuis l’avénement du Web 2.0 et surtout dans sa forme. C’est la publicité vidéo qui connait le plus grand succès car elle offre beaucoup plus de possibilités qu’une simple affiche 4×3 traditionnelle ou encore une giga bannière display. L’impact sera différent, mais le moteur d’efficacité reste le même: il faut «toucher» le consommateur. L’émotion est l’un des éléments humain les plus puissants. Savoir l’utiliser constitue donc un avantage majeur pour les communicants.

D’où l’émergence du marketing émotionnel dans les campagnes de communication des entreprises. Il s’avère qu’un contenu riche en émotions va pouvoir avoir un effet sur la façon de penser de votre cible et même directement sur son comportement. Le message publicitaire devient un contenu attractif suscitant de l’émotion chez le spectateur; ce dernier partage et propage son coup de coeur et ainsi, il transforme le message publicitaire en véritable virus social. Ce processus, les marques l’ont bien compris; T-Pex,Volkswagen, Heineken en ont été les précurseurs. La réclame TV «The Force» de Volkswagen, mettant en scène un enfant déguisé en Dark Vador s’essayant aux pouvoirs de la force, a été un tel succès que la marque a pu surfer sur la tendance longtemps encore après la parution du spot. Si il y avait une seule leçon à retenir: «Connecter l’émotion à votre message.»

Nicolas Bannier

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
Quand les marques nous prennent par les sentiments
La startup franco-américaine Fieldwire, spécialiste de la gestion de chantier, lève 33,5 millions de dollars
Groupe ADP, Sephora, A.D Environnement : focus sur les offres d’emploi du jour
La Nouvelle-Calédonie, seule terre d’Outre-mer lauréate des « Territoires d’innovation »
WeWork va « probablement repousser » son introduction en Bourse à octobre
Rendre les drones plus sûrs, un impératif pour toute l’industrie
[DECODE] Quand l’Institut Montaigne sert la communication de Deliveroo et Uber…
Copy link