Actualité

Quand l’innovation réinvente la réunion de travail

Wisembly, la startup lancée sous le nom de Balloon en 2010, vient de lever 1,5 million d’euros auprès d’Alven Capital, et développe un outil censé dynamiser les réunions entre collaborateurs… des instants souvent très chronophages et pourtant nécessaires.

Wisembly propose de suivre des chats en live, de partager des documents, de répondre à des mini-quizz, et même de visualiser ses statistiques « d’audience » sur certains événements. Basé sur un modèle d’abonnement en SaaS, Wisembly revendique en quatre ans 1,5 million d’euros de chiffre d’affaires et une croissance de 100%/an. « L’équipe a les atouts pour s’imposer sur le large marché de l’enterprise social software valorisé à plus de 6 milliards de dollars », estime Jeremy Uzan, Partner chez Alven Capital.

L’enterprise social software, ou le « travail 2.0 »

Les jeunes pousses – qui adoptent elles-mêmes de nouvelles résolutions en prônant le baby-foot et les postes de travail à distance – cherchent justement à réinventer le travail, et son environnement. L’heure est aujourd’hui au collaboratif, porté par le BYOD ( Bring Your Own Device), et l’implémentation des nouveaux outils pour les collaborateurs : à commencer par le RSE (réseau social interne). On se souvient du rachat de l’américain Yammer par Microsoft en 2012. En France, on se souvient aussi de BlueKiwi revendu à Atos en 2012.

En 2014, l’heure est à la réunion nouvelle génération: celle qui se prépare au mieux et à plusieurs, en physique ou à distance, celle qui optimise aussi la gestion des flux d’informations. Quelques startups se positionnent en France sur ce « mix-produit » du management en entreprise : talkSpirit et sa solution de plateforme collaborative et RSE, et Azendoo et son outil de synchronisation des taches, une startup par ailleurs repérée par Evernote à la conférence LeWeb en 2012.

Ré-enchanter l’appel…

Côté innovation produit, on voit l’émergence de plusieurs acteurs français, à l’instar de Voxeet, qui vient de lever 1,5 million d’euros, majoritairement auprès de Partech Ventures (relire l’article). Voxeet développe un logiciel de conference call avec une sonorisation en 3D. Les utilisateurs ont alors la possibilité de placer leurs interlocuteurs autour d’une table et de recevoir le son de leurs voix depuis leurs positionnement respectifs. Basée à San Francisco et à Bordeaux, la start-up française propose, en plus d’un encodage haute définition, une réduction des bruits de fonds et une diminution de l’écho. Plutôt utile lorsqu’on travaille en open-space !

Invoxia est, elle, une start-up lancée en 2010 par Serge Renouard ( ex-Sagem et Thomson), Jacques Lewiner (inventeur et professeur à l’ESPCI), et Eric Carreel (PDG de Withings et Sculpteo). Ces spécialistes de la télématique ont compris une chose: le smartphone est tout sauf confortable en conf call. Sans compter les difficultés de connexion et la très relative sonorisation des appareils en mode « haut-parleur »…

Invoxia est donc un appareil qui permet de bancher son smartphone directement au combiné, et autorise l’utilisateur à recevoir et passer des appels depuis le terminal, un dock téléphonique mêlant VOiP, acoustique HD, logiciel intégré, et design soigné.

Autre signal que les temps sont en train de changer : Invoxia a racheté un dinosaure du combiné téléphonique : SwissVoice, créé en 1893 (sisi!), en décembre dernier (lire l’article) .

 

 

Tags

Marion Moreau

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Un commentaire

  1. fcharles merci pour le lien et… dommage pour Stormz. Faudrait commenter ;-)

Quand l’innovation réinvente la réunion de travail
Macron débloque 5 milliards d’euros pour doper le financement des startups
Groupe ADP, Sephora, A.D Environnement : focus sur les offres d’emploi du jour
La Nouvelle-Calédonie, seule terre d’Outre-mer lauréate des « Territoires d’innovation »
WeWork va « probablement repousser » son introduction en Bourse à octobre
Rendre les drones plus sûrs, un impératif pour toute l’industrie
[DECODE] Quand l’Institut Montaigne sert la communication de Deliveroo et Uber…
Copy link