AcquisitionActualitéEuropeInvestissements

SAP met la main sur la plateforme de création de bots Recast.AI

Créée en septembre 2015 par Jasmine Anteunis, Paul Renvoisé, Patrick Joubert et Julien Blancher, Recast.AI vient d’annoncer son acquisition par le groupe SAP, pour un montant non communiqué, mais suffisament significatif pour que la startup décide d’arréter son projet de levée de fonds.

Recast.AI propose un environnement de développement (logiciel, technologie et applications) utilisant le langage naturel, qui permet aux développeurs de créer un robot conversationnel. Sur sa plateforme, elle revendique plus de 20 000 développeurs, qui l’utilisent pour développer leurs bots, confiait Patrick Joubert l’un des cofondateurs à FrenchWeb..

Pour SAP, cette acquisition a pour objectif d’améliorer les capacités de traitement du langage naturel des applications SAP pour permettre à ses clients de bénéficier d’une expérience utilisateur optimisée. De son coté, SAP propose déjà une plate-forme interne pour la création d’applications conversationnelles. SAP annonce vouloir utiliser Recast.AI sur une grande partie de son portefeuille. Plus d’une quinzaine de grands comptes utilisent déjà Recast.AI

Née au sein de 42, Recast.ai avait fait un tour d’ammorçage de 2 millions d’euros auprès notamment de Kima Ventures. Incubée au coeur de Station F, elle compte une vingtaine de data scientists, et d’experts du machine learning.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
SAP met la main sur la plateforme de création de bots Recast.AI
Face aux géants du streaming, WarnerMedia fusionne avec Discovery pour 43 milliards de dollars
NFT: les enchères d’œuvres numériques débarquent en France
Cloud: comment la France veut s’émanciper des géants américains
CarTech: le groupe Stellantis s’allie au fabricant de produits électroniques Foxconn
Axa
Cyberattaque: Axa Partners victime d’un rançongiciel en Asie
Retail: le Français Ankorstore lève 84 millions d’euros auprès de Tiger Global et Bain Capital