A la uneAmérique du nordBusinessEuropeTech

Search ou social? Les recettes de Botify pour acquérir de l’audience

Botify est un service SaaS qui met à la disposition des responsables SEO les informations nécessaires pour optimiser leur référencement web. Botify crawle le site afin d’évaluer les positions des pages sur Google et sur les réseaux sociaux.

La startup parisienne, qui commercialise une solution auprès de 360 clients (dont Blablacar, Expedia, Sarenza ou Oscaro), a séduit IDInvest et Ventech qui ont investi 6,6 millions d’euros en janvier dernier pour accélérer son développement. Elle revendique plus de 6 000 utilisateurs et est présente dans trois pays.

«Le SEO est toujours entre 20 et 70% du trafic et de la conversion sur les sites», affirme Adrien Ménard.

De quoi faire vivre de nombreux acteurs du SEO. Botify cherche donc à être le meilleur sur l'analyse de la donnée. Installée à New York, la société parisienne a déjà séduit les géants américains, tels Expedia, Airbnb, Ebay.

VOIR: L'interview d'Adrien Ménard, cofondateur de Botify


 

Lire aussi: Botify lève 6,6 millions d’euros pour optimiser votre SEO

Fondateurs: Adrien Menard et Thomas Grange

Date de création : 2012

Bureaux: New York, Londres, Paris (siège)

Effectifs: 40

SEO: 5 stratégies à adopter pour 2016

SEO: le meilleur investissement pour les start-up

Jeanne Dussueil

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Search ou social? Les recettes de Botify pour acquérir de l’audience
Rohlik
FoodTech: Rohlik lève 190 millions d’euros auprès de Partech pour conquérir l’Europe
En 2021, la Cnil sera plus attentive à la sécurité des données personnelles confiées aux entreprises
Marketing: comment trouver des talents pour sa campagne publicitaire?
Désinformation sur les vaccins: Twitter bloquera les utilisateurs au bout de cinq rappels à l’ordre
Zoom: propulsée par le confinement, l’app de visioconférence se prédit un bel avenir
Le réseau social conservateur Gab piraté par des hackers militants