ActualitéTech

[Sémantique] Faut-il craindre le moteur intelligent de Google ?

La question connaît une nouvelle actualité depuis que le Wall Street Journal rapportait il y a quelques jours des propos d’Amit Singhal, figure de la R&D chez Google.

On savait depuis le rachat en 2010 de Metaweb Technologies, le spécialiste de la sémantique, que Google s’intéresse fortement à la possibilité de fournir aux internautes des réponses directes à des questions complexes. Le moteur le fait déjà sur des recherches basiques (météo, cinéma, calcul…) mais pourrait lancer prochainement, dans une nouvelle dimension sémantique, un vrai pavé dans la mare du search.

Son moteur, rendu « intelligent » serait à même de fournir des réponses très qualifiées et directes à des recherches pointues, résultats qui viendraient bien sûr se positionner en première position des pages de recherche au détriment potentiel de tous les services développés avec pertinence autour du référencement naturel. On pense évidemment à Wikipédia.

Que faut-il craindre de la sémantique chez Google, le référencement naturel est-il en danger, quelle est la stratégie de Google ? Entretien avec David Degrelle, Président de Première Position, agence de référencement et de marketing digital.

 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Que Google devienne plus intelligent, sémantiquement parlant, ne devrait être que bénéfice pour tous. A savoir aussi pour le référencement naturel, qui se doit d’être toujours plus qualitatif, non ?.

Bouton retour en haut de la page
[Sémantique] Faut-il craindre le moteur intelligent de Google ?
Par sécurité, Joe Biden devra-t-il renoncer à son vélo interactif Peloton?
loon
Alphabet décide d’en finir avec Loon, son projet d’accès Internet par ballons
Animal Crossing, Among Us, FIFA… : retour sur ces jeux vidéo dopés par la pandémie
Facebook: le conseil des sages va décider si Donald Trump peut revenir sur le réseau
parler
Justice: Amazon ne sera pas contraint d’héberger le réseau social Parler
Instacart se sépare de 1 900 employés dont 10 travailleurs syndiqués