ActualitéBusiness

Le sénateur Philippe Marini et le retour de la « Taxe Google »

A l’occasion de l’ouverture des discussions sur le projet de loi de finances 2011, le sénateur UMP et rapporteur général de la commission des finances, relance le débat sur la taxe Google. Une idée déjà évoquée dans le rapport Zelnik au début de l’année.

La proposition de Philippe Marini consiste en une taxe de 1% sur le business réalisé en France par les grands ténors étrangers du web, essentiellement américains, (Google, Microsoft, eBay, Amazon…). Jonglant avec des localisations dans les paradis fiscaux européens comme l’Irlande et le Luxembourg, ces sociétés bénéficient d’avantages en matière de TVA et de fiscalité qui font reprendre au sénateur l’expression de Jean Arthuis : « elles nous font les poches ! ».

Parallèlement, Philippe Marini prone l’extension de la redevance audiovisuelle aux tablettes et ordinateurs sur un principe simple : une taxe d’habitation = une redevance. Ce serait la fin de l’exonération pour les maisons secondaires et l’occasion d’entériner budgétairement les nouveaux modes de consommation de la télévision. Recettes annuelles estimées : 200 M€.

Entretien au Sénat avec Philippe Marini, sénateur UMP de l’Oise, Rapporteur Général de la Commission des finances.

parrainez FrenchWeb

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Le sénateur Philippe Marini et le retour de la « Taxe Google »
10 pistes pour accélérer la transformation de la fonction RH
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD