ActualitéTech

[Silicon Valley] Le salaire annuel moyen passe la barre des 100 000 dollars !

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Selon une récente étude rapportée par un article du blog All Things Digital, le salaire annuel moyen des professionnels high tech de la Silicon Valley aurait passé le cap des 100 000 $ l’an dernier.

En effet, d’après le site spécialisé Dice.com, à l’origine de cette enquête, les salaires dans la Silicon Valley auraient augmenté de près de 5,2% en l’espace d’un an pour atteindre la moyenne très exacte de 104 195 $. A titre de comparaison, aux Etats-Unis, le salaire national moyen des professionnels high tech s’élève, sur la même période, à 81 327 $.

Selon Tom Silver, vice-président de Dice, depuis le lancement de cette étude en 2001, c’est la première fois que le salaire annuel moyen passe la barre symbolique des 100 000 $.

Sans pouvoir donner une moyenne du salaire annuel regroupant tous les professionnels français du secteur, FrenchWeb a récemment publié une étude sur les salaires des métiers du web français. Résultat : les 100 000 $ moyens observés dans la Silicon Valley se situent largement au-dessus des moyennes constatées en France. 

3 commentaires

  1. Certes mais quid du net après impôts… ?

    Les impôts aux US cumulent une part fédérale et une part liée à l’état. De mémoire, la Californie qui très fortement endettée (c’est à la mode je sais), a un niveau d’imposition qui peut frôler les 50 %…

    Cela aurait été interessant de faire un vrai bilan intégrant au moins l’imposition (il y a aussi le cout de la vie, en particulier l’immobilier qui est très cher et les frais de qui sont santé astronomiques par rapport à la france etc…).

    Bref méfions nous des chiffres bruts qui doivent être mis en perspective.

    Il n’empêche que je suis fan de la Silicon Valley, un endroit vibrant, dynamique, bourré de talents. Le simple fait de poser le pied là bas vous donne envie de monter un startup ;-)

    Franck

  2. J’ai fais le calcul (habitant aux Etats-Unis, c’est une discussion frequente entre francais).

    Les impots ne sont pas tres eleves, meme avec la Californie qui rajoute sa part. Avec $100K de salaire brut, un celibataire vit bien dans la vallee, meme si un appartement 2 pieces coute souvent pres de $2000/mois de loyer. Une famille avec un seul qui travaille, ca devient plus juste. La ou on devient « riche », c’est avec deux qui travaillent a $100K chacun, sans enfants :-)

    Apres, le calcul se complique… Certes, la sante peut couter cher. La retraite est a prendre en sus du salaire ($15000/an pour son plan de retraire 401k). Au final, une fois qu’on a integre les frais de scolarite pour les futurs enfants (Stanford coute quand meme $40000/an, sur 4 a 5 ans, par enfant), tout l’argent qu’on a economise en 20 ans fond en partie.

    1. Merci Alain pour ces précisions de « local ».

      J’attends ta chronique hebdo avec l’impatience habituelle !

Bouton retour en haut de la page
[Silicon Valley] Le salaire annuel moyen passe la barre des 100 000 dollars !
Quelle est la recette de DL Software pour réussir sa stratégie de Build Up?
[DECODE Quantum] A la rencontre de la startup WeLinQ
La FinTech SumUp valorisée 8 milliards d’euros après une nouvelle levée de fonds
[Série B] Strapi lève 31 millions de dollars auprès de CRV
[Made in Bordeaux] VivaTech : les startups de Nouvelle-Aquitaine en force au salon
[Seed] Cybersécurité : Dattak lève 7 millions d’euros auprès de XAnge pour assurer les PME

Votre logiciel antipub bloque votre accès à FrenchWeb.fr


Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.


Votre adblocker empêche d'afficher correctement votre media FrenchWeb. Pour y accèder, nous vous recommandons de nous ajouter à votre liste de sites autorisés.


Merci et bon surf!


Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media