ActualitéAmérique du nordMarketing & Communication

Twitter se déleste de 8% de ses effectifs

C’est désormais officiel : Twitter va licencier près de 8% de ses effectifs, soit 336 employés, a annoncé l’entreprise américaine qui emploi 4 100 personnes. Dans un courriel envoyé à l’ensemble des salariés, Jack Dorsey, le cofondateur du réseau social qui a repris ses fonctions de PDG il y a quelques jours, explique : «nous allons de l’avant avec une restructuration de nos équipes afin de remettre notre entreprise sur un chemin plus solide de croissance».

Les principaux postes concernés par cette vague de licenciement sont ceux liés aux produits et à l’ingénierie. «Nous estimons que l’ingénierie avancera plus rapidement avec une équipe plus petite et plus agile», détaille le PDG de Twitter.

Le réseau social, qui s’est introduit en Bourse en 2013, est sous la pression des investisseurs et a été plusieurs fois chahutée sur les marchés après la publication de résultats en deçà des attentes. Au second trimestre, Twitter a réalisé un chiffre d’affaires de 502 millions de dollars, en hausse de 61% sur un an. Mais près de dix ans après son lancement, la société est toujours déficitaire avec une perte de 137 millions de dollars sur la même période.

Depuis, Twitter travaille à de nouvelles offres de monétisation qui vont au-delà de la publicité. La plateforme de micro-blogging a récemment inauguré un bouton «acheter» en partenariat avec la start-up Stripe. L’objectif : favoriser les achats in-app des internautes. Et dégager de nouveaux revenus.

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Twitter se déleste de 8% de ses effectifs
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer