ActualitéDistribution

Viadeo peut-il bousculer le marché des freelances?

Viadeo se lance sur le marché de la mise en relation entre les travailleurs dits «freelances» et les porteurs de projets, un terrain occupé jusque-là par de nombreuses start-up. Le marché est potentiellement important. La France compte 700 000 freelances, selon une étude publiée en 2014 par l’European Forum for Independent Professionals. Un chiffre en progression de 85% de 2004 à 2013.

Concrètement, les professionnels à la recherche d’une compétence en vue d’effectuer une mission publient gratuitement sur le réseau social professionnel une annonce détaillant le projet. De leurs côtés, les freelances les consultent gratuitement. Ces derniers doivent cependant souscrire à un abonnement mensuel de 19,90 euros par mois pour entrer en contact avec les entreprises et soumettre une offre.

Une audience à monétiser

Pour Viadeo, l’enjeu est de mieux monétiser son audience car non seulement son chiffre d’affaires a stagné sur les six premiers mois de l’année, à 13,5 millions d’euros, mais son activité reste encore déficitaire, avec une perte de 6,8 millions d’euros sur la période.

«Le nombre de freelances a explosé ces dernières années et Viadeo Freelance est une réponse à cette nouvelle donne. (…) Parallèlement, nous agissons aussi en soutien des porteurs de mission en leur permettant de sélectionner des professionnels reconnus et facilement identifiables sur notre réseau», déclare Anne-Laure Meens, responsable marketing stratégique chez Viadeo. « Le bouche à oreille est le premier canal utilisé par les entreprises lors de la recherche d’un freelance», ajoute Julien Janson, responsable produit de la plateforme.

Pour se faire une place, Viadeo veut miser sur son cœur de métier : le réseau. Du côté de l’offre, la société de Dan Serfaty affirme que 550 000 indépendants prêts à soumettre leurs propositions sont enregistrés sur son réseau social. Côté demande, elle peut s’appuyer sur ses 10 millions de membres enregistrés en France.

Viadeo Freelance: une forte communauté, mais peu de services

Avec ce modèle, l’entreprise française espère se faire une place sur un marché déjà occupé par de nombreux concurrents comme le poids lourds Freelancer. On compte aussi freelance.com, qui a réalisé 43,8 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014, et qui se positionne non seulement dans la mise en relation entre travailleurs et entreprises, mais aussi sur des segments plus particuliers comme le portage salarial.

En France, la start-up Hopwork s’est aussi lancée sur le marché des freelances en 2013. «L’arrivée de Viadeo est une bonne nouvelle, car elle va offrir de la visibilité aux freelances, faire évoluer et évangéliser le marché», commente Vincent Huguet, cofondateur de Hopwork. La start-up a augmenté son capital en mai en bouclant un tour de table de 1,5 million d’euros. Parmi les investisseurs, on retrouve notamment un spécialiste du secteur : l’ex-PDG d’Adecco, un réseau d’agences de travail temporaire et d’intérim.

De nouveaux acteurs

Alors, face à Viadeo, la start-up parisienne, qui compte 10 000 travailleurs inscrits, joue la carte du spécialiste pour se différencier d’un «portail généraliste». «Notre service va beaucoup plus loin», pousuit Vincent Huguet. «Nous faisons non seulement le matching entre l’offre et la demande, mais proposons aussi un service qui permet aux freelances et aux entreprises de contractualiser en ligne, de payer les missions en ligne de façon sécurisée, de centraliser en un seul lieu la facturation et de commenter les missions effectuées». Le modèle de Hopwork repose aussi en partie sur sa communauté avec un système de recommandation.

Si Viadeo jouit d’atouts comme sa communauté et sa marque, la concurrence est forte, notamment du côté des acteurs historiques et chez certaines nouvelles plateformes où la mise en relation est gratuite pour les freelances.

Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This