ActualitéAmérique du nordBusinessTechTransport

Waymo et Lyft veulent doubler Uber sur la voiture autonome

  • Waymo et Lyft ont décidé de s’allier pour accroître leurs efforts dans le secteur des véhicules autonomes.
     
  • Au-delà du progrès technologique que constitue ce partenariat, il permet surtout à Waymo d’affaiblir Uber.
     
  • Lyft devrait lancer un projet pilote de voitures autonomes via une flotte de véhicules de General Motors.

 

Waymo et Lyft viennent d’asséner un nouveau coup dur à Uber. La filiale de Google entièrement dédiée à la voiture autonome et le principal rival d’Uber aux États-Unis ont en effet décidé de s’allier pour accroître leurs efforts dans le secteur des véhicules autonomes. «La vision et l’engagement de Lyft pour améliorer les transports urbains aideront les technologies de Waymo à profiter à davantage de personnes dans plus d’endroits», a déclaré Waymo.

Cette annonce intervient quelques semaines après le lancement d’une phase de tests en conditions réelles sur les routes de Phoenix, dans l’Arizona. Dans ce cadre, des minivans Chrysler Pacifica ont été équipés de la technologie de conduite autonome de Waymo. En s’alliant avec Lyft, Waymo devrait pouvoir multiplier ses expérimentations sur les routes américaines.

Au-delà du progrès technologique que constitue ce partenariat, il permet surtout à Waymo d’affaiblir Uber, devenu son pire ennemi depuis que la filiale de Google accuse la firme de Travis Kalanick d’avoir volé sa propriété intellectuelle. L’entité d’Alphabet affirme détenir des preuves attestant qu’Anthony Levandowski, co-fondateur d’Otto, la filiale de camions autonomes d’Uber, a téléchargé plus de 14 000 fichiers confidentiels lorsqu’il travaillait chez Google. La semaine passée, William Asluck, le juge en charge de l’affaire, a décidé que le procès entre les deux géants de la Tech américaine serait public.

Lyft reprend du poil de la bête grâce aux déboires d’Uber 

Par ailleurs, cette alliance permet à Lyft de s’engager davantage sur le segment de la voiture autonome, alors que la société n’a pas exprimé son intérêt pour développer en interne sa propre technologie de conduite autonome. Toutefois, le concurrent d’Uber a précédemment conclu un partenariat avec General Motors, qui a investi plus de 500 millions de dollars dans Lyft. La société dirigée par Logan Green devrait ainsi lancer un projet pilote de voitures autonomes via une flotte de véhicules de General Motors.

Relégué au second plan outre-Atlantique à cause d’Uber, Lyft multiplie les opérations pour capitaliser sur les retombées des récents scandales (mensonges sur les revenus de ses conducteurs, culture sexiste en interne aux États-Unis, départ du président Jeff Jones, espionnage des chauffeurs de Lyft…) auxquels doit faire face la firme de Travis Kalanick. Dans ce sens, Lyft a levé 500 millions de dollars en avril dernier pour atteindre une valorisation de 7 milliards de dollars.

Lire aussi :

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez Adsvark Media / FrenchWeb - We Love Entrepreneurs

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This