AcquisitionActualitéCom

WhatsApp racheté pour 19 milliards : quand Facebook et Twitter n’avaient pas embauché son fondateur…

Le fondateur créera finalement WhatsApp la même année…

C’est la plus grosse acquisition de son histoire. Après avoir échoué à s’offrir Snapchat malgré des propositions à plusieurs milliards de dollars, c’est finalement WhatsApp, l’application de messagerie instantanée, que Facebook va acquérir pour 16 milliards de dollars (11,6 milliards d’euros). L’opération sera réalisée pour 4 milliards de dollars en liquide, les 12 milliards restant étant en actions. Les fondateurs et les actionnaires se verront verser 3 milliards supplémentaires en actions de négociation restreinte (c’est à dire qui ne peuvent être cédées que sous certaines conditions, ndlr), ce qui porte la transaction totale à 19,5 milliards de dollars. Mais le « grand gagnant » serait surtout le fonds Sequoia qui y avait investit 60 millions de dollars en 2011, selon le magazine Fortune. Un pactole valorisé aujourd’hui entre 3,2 et 3,6 milliards par le magazine.

Alors bien sûr, les chiffres sont impressionnants : le réseau de pair à pair comptabilise 450 millions d’utilisateurs dans le monde, dont 70% seraient actifs quotidiennement (selon les chiffres donnés par Facebook). Et pour conclure, chaque jour, ce serait 1 million d’inscriptions supplémentaires qu’enregistrerait la société. « WhatsApp est sur ​​le point de connecter 1 milliard de personnes. Les services qui atteignent ce niveau sont tous d’une incroyable valeur » a expliqué Mark Zuckerberg.

Sauf que, voilà, cela n’a pas toujours été le cas. Face à l’émergence de ces nouveaux réseaux sociaux, le géant du secteur aura surtout tenté de rattraper son retard en achetant Instagram pour 1 milliard de dollars en 2012, puis en procédant à plusieurs tentatives de séduction auprès des fondateurs de Snapchat. Sans succès. Il tentera alors d’avancer ses pions avec le lancement de Facebook Messenger, dans la même idée, mais sans que l’adoption soit aussi large qu’escompté. Aujourd’hui, il annonce donc l’acquisition du leader de la messagerie instantanée pour plus de 19 milliards de dollars. Un tapis rouge.

Pourtant, par le passé, Facebook n’a pas toujours fait les yeux doux au fondateur de WhatsApp, pour lequel il débourse aujourd’hui 16 fois le cachet déboursé pour Instagram il y a deux ans.

Dans un tweet publié en août 2009, Brian Acton, le fondateur de WhatsApp, alors en recherche active d’un poste, regrettait de voir sa candidature rejetée chez le mastodonte américain : « Facebook m’a refusé. C’était une excellente occasion pour se connecter avec des gens fantastiques. Dans l’attente de la prochaine aventure de la vie » avait-il alors expliqué. Finalement, la prochaine « aventure », ce sera la création WhatsApp la même année. Facebook, et Twitter qui lui avait également refusé un poste pour lequel il avait postulé quelques mois plus tôt, lui ont peut-être rendu le meilleur service sans qu’il ne le sache encore…

 

Tags
atelier-platform

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

9 thoughts on “WhatsApp racheté pour 19 milliards : quand Facebook et Twitter n’avaient pas embauché son fondateur…”

  1. Il faudrait peut-être se relire un peu avant de publier les articles. Fautes, erreur de frappes etc… Ça décrédibilise malheureusement.

  2. philippemetayer La fin de l’article pose la bonne question. Comme Microsoft, FB est-elle en train de confondre innovation et acquisition ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This