A la uneActualitéMarketing & CommunicationMedia

Marissa Mayer… sur le siège éjectable

Le Big Bang attendu pour réorganiser Yahoo ressemble davantage à un missile envoyé dans la stratégie de Marissa Mayer. De moins en moins confiants sur la capacité de Yahoo à retrouver des revenus solides sur Internet, son coeur d'activité, le conseil d'administration aurait décidé de s'en séparer d'après CNBC qui cite les sources proches du dossier. La cession des parts détenues dans Alibaba, estimé à hauteur de 30 milliards de dollars, n'a donc pas été retenue, allant à l'encontre de la patronne du groupe. 

La décision aurait été motivée principlament par l'investisseur Starboard Value, également actionnaire d'AOL, et qui, mi-novembre écrivait une lettre à Marissa Mayer pour exprimer clairement son désaccord. «Le spin-off proposé de Aabaco Holdings Inc. n'est pas la meilleure alternative pour Yahoo. Vous devriez plutôt étudier une vente des activités de base sur le search et le display», écrivait la société d'investissement new-yorkaise. Une telle opération échapperait aussi difficilement au fisc américain.

Ce revirement a d'ailleurs immédiatement rassuré les investisseurs à Wall Street. L'action prenait 2% quelques heures après la révélétation du nouveau plan.

L'activité Internet de Yahoo! est aujourd'hui essentiellement composée de son portail (informations, magazines…), de son moteur de recherche et de la vente d'espaces publicitaires. Autant de postes de dépenses, qui d'après le board, ne retrouveront jamais la rentabilité des premiers jours face aux poids considérables pris par Google et Facebook sur le marché publicitaire.  

Les choix de Marissa Mayer remis en cause

Au final, l'abandon des activités Internet serait un coup de semonce pour les choix de Marissa Mayer qui a pris la tête du groupe en 2012. Ni ses investissements dans les contenus social media, comme avec Tumblr, ou vidéo, n'ont apporté les résultats attendus aux yeux du conseil. 

Les actionnaires verraient d'avantage d'opportunités dans la revente des activités Internet à des opérateurs téléphoniques américains tels Verizon-AOL, AT&T ou encore des médias IAC Interactive, FOX ou CBS. Autant de groupes capables de débourser jusqu'à 8 milliards de dollars pour avaler les contenus et services de Yahoo sur Internet.

Yahoo, qui n'a pas commenté l'information, doit prendre sa décision finale dans les jours prochains. Le groupe se changerait petit à petit en une société d'investissement sur les nouveaux marchés pour ainsi renouer avec la croissance. En 2014, le groupe américain a publié un chiffre d'affaires de 4,61 milliards de dollars, en légère baisse par rapport à l'année précédente (4,68 milliards), pour un résultat net de 7,5 millions de dollars.
 

Tags

Jeanne Dussueil

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
Marissa Mayer… sur le siège éjectable
FinTech : Qwil lève 24,4 millions de dollars pour accorder des prêts aux freelances et aux petites entreprises
Recrutement international: le Lillois Cooptalis lève 14 millions d’euros pour financer son expansion
Yubo, le réseau social pour les adolescents, lève 11 millions d’euros
Pourquoi la voiture autonome se fait toujours attendre
[DECODE] Sephora, la locomotive de LVMH dans la BeautyTech
[DECODE Retail] Ils font le digital chez Sephora
Copy link