ActualitéBusinessMarketing & Communication

[3 questions à] Jean-Noël Chaintreuil : « Digidust a dans son ADN cette volonté de valeur ajoutée collaborative »

A l’issu d’une compétition opposant 18 agences, Digidust vient de se voir confier la stratégie mobile de la Ville de Paris.

Pour accompagner la capitale dans cette mutation, l’agence compte mettre en place un dispositif collaboratif avant de développer une série d’applications. Dans cette optique, sur l’ensemble des 18 mois que couvre le marché, une douzaine de profils (consultants, chefs de projet, UX/UI designers, développeurs mobile, spécialistes ASO, Social Media managers…) seront impliquées sur le projet, sur des périodes plus ou moins longues.

Frenchweb revient, en trois questions, sur les ambitions et la vision de Digidust en la matière, avec Jean-­Noël Chaintreuil, Directeur des Opérations de l’agence.

digidust-paris

[FW] Est-ce la première fois que l’agence adopte cette démarche participative ?

Jean-Noël Chaintreuil: « Non, nous sommes relativement coutumiers du fait. Digidust a, dans son ADN, cette volonté de co-création et de valeur ajoutée collaborative. Notre propre organisation en est d’ailleurs le reflet. Pour qu’une application apporte de la valeur à ses utilisateurs, elle doit coller à leurs besoins et leurs comportements, ne pas essayer de les éduquer mais s’adapter à leur mode de vie. Chaque fois que le contexte s’y prête, nous faisons notre possible pour impliquer et ce, dès les phases amont des projets, les utilisateurs ou a minima un échantillon représentatif. »

[FW] Par quels moyens, Digidust compte impliquer les usagers dans le développement de projets mobiles ?

Jean-Noël Chaintreuil : « Plusieurs idées ont été soumises et sont en cours de définition précise avec la Ville de Paris mais nous pouvons déjà parler d’un événement type hackaton – qui permettra la rencontre et la collaboration des acteurs de la ville et des acteurs du mobile (UX designer, développeurs…), des brainstormings segmentés, des focus-groups et bien entendu tout un volet participatif via les médias sociaux. D’autres pistes sont à l’étude mais nous pourrons réellement communiquer dessus une fois qu’elles seront actées et validées. »

[FW] Quels types d’applications pourraient voir le jour ?

Jean-Noël Chaintreuil: « Les besoins fondamentaux des citoyens, de notre perception, peuvent se regrouper en 2 catégories : accéder aux informations pratiques au moment où ils en ont besoin et fluidifier leurs démarches ; se sentir écoutés et pouvoir dialoguer facilement avec leurs institutions.

Les applications, bien qu’issues de domaines différents (sport, culture, transports…) auront comme point commun de créer de la valeur pour l’usager mobile, qu’il soit parisien, habitant en banlieue ou touriste. Le mobile, par sa connexion permanente et sa capacité à géolocaliser son utilisateur, ouvre un champ des possibles immense.

Nous ne voulons pas essayer de transposer sur mobile ce qui existe déjà sur le web mais imaginer des applications « Mobile Natives », basées sur les usages et utilisant pleinement les spécificités des devices en recherchant toujours la simplicité. »

Découvrez le portrait de Sophie Gironi, nouvelle directrice associée de Digidust

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
[3 questions à] Jean-Noël Chaintreuil : « Digidust a dans son ADN cette volonté de valeur ajoutée collaborative »
Veepee s’offre la startup Scalia pour unifier ses données produits
[Webinar] E-commerce: les bonnes pratiques pour réussir son Black Friday
Pour faire face à Netflix, Apple explose son budget de production de contenus
Facebook/Google
Google et Facebook dominent toujours plus le marché français de la pub en ligne
eToro, la plateforme de trading social qui veut donner le goût de l’investissement aux particuliers
Mary Meeker mène un tour de table de 85 millions de dollars dans la licorne australienne Canva
Copy link