Actualité

[3 questions à] Julien Verdier: « Les marques doivent impérativement redonner le contrôle aux internautes »

Vidéo, pop-up, bannière… Au cours des trois heures passées en ligne quotidiennement, les Français estiment être exposés, en moyenne, à 70 publicités… Une redondance jugée irritante pour la majorité d’entre eux. En effet, d’après les résultats d’une enquête menée par l’institut Ifop pour le compte de la start-up Adyoulike, 80% des sondés qualifient la publicité sur internet d’intrusive. Elle provoquerait même une certaine dose de stress chez 61% des interrogés…

Les détails de cette étude avec Julien Verdier, co-fondateur de la start-up spécialisée justement dans la native advertising.

[FW] La publicité online ne ferait pas rêver 83% des sondés. Comment expliquer ce chiffre assez critique et comment y remédier ?

Julien Verdier : »Il s’agit d’un point très important car historiquement la publicité faisait rêver. Elle a même été spécifiquement créée pour ça, pour inciter les gens à consommer. D’après moi, il y a un problème sur le fond et sur la forme. Les marques doivent raconter des histoires, faire du brand content et avoir recours au storytelling. C’est un enjeu qu’elles commencent à comprendre. Et je pense qu’au fur et à mesure elles raconteront des histoires de plus en plus intéressantes. Vient ensuite le problème de la forme. La diffusion doit être irréprochable, 100% premium et surtout pas intrusive. Le format doit donc être travaillé et totalement intégré aux sites éditeurs d’une manière intelligente.

[FW] 88% des internautes sondés souhaiteraient avoir plus de contrôle sur les publicités auxquelles ils sont exposés. Est-ce que cela signifie que les internautes souhaitent devenir de véritables acteurs de la publicité ?

Julien Verdier : »Je pense surtout que nous sommes face à un cercle vicieux. Aujourd’hui, les campagnes publicitaires ont tendance à avoir moins d’impact. Partant de ce constat, les marques multiplient les points de contact sans proposer des portes de sortie aux internautes, qui de leur côté se sentent agressés. Or, le contrôle et le fait de redonner le pouvoir aux utilisateurs est indispensable. Les marques doivent impérativement laisser le choix aux internautes de vivre ou non une expérience publicitaire. Il faut qu’elles instaurent un véritable dialogue avec les consommateurs. »

[FW] 85% des sondés ne sont pas favorables à ce que les sites utilisent leurs données personnelles de manière anonyme pour proposer des publicités plus personnalisées. Ne s’agit-il pas d’un chiffre étonnant et à contre courant des principales tendances ? 

Julien Verdier : »En fait, je pense que les techniques de retargeting qui s’appuient notamment sur les données de navigation des internautes peuvent être très mal perçues par les internautes. Lorsqu’un internaute est retargeté pendant près de 3 semaines, il peut se sentir carrément poursuivi. Effectivement, cela a un impact certain en termes de conversion mais c’est une manière très radicale qui peut aussi nuire à l’image de la marque. D’après moi, c’est un manque de subtilité qui donne parfois l’impression aux internautes d’être traqués. Je pense donc qu’il ne faut pas forcément travailler dans une logique de performance mais s’attacher à donner envie aux consommateurs.

Tags
atelier-platform

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This