ActualitéActualité CloudArts et Culture

6 façons dont le cloud change le business model des start-ups

Le marché mondial du cloud s’envole dans le monde. A 58 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2013, celui-ci devrait dépasser les 191 milliards de dollars d’ici à 2020 selon les estimations de Forrester [à lire également : Cloud : 58 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2013, dont 62% pour le SaaS, et la tendance devrait se poursuivre, ndlr ]. Résultat, les business models sont bouleversés et repensés, en particulier lorsque l’on sait que le SaaS, qui a représenté 62% des revenus du cloud l’an passé.

1- Plus de clients = plus de serveurs : la capacité à adapter un modèle a plus grande échelle est affecté par le cloud. Pour grandir, plus besoin de disposer de davantage de machines puisque tout est désormais dématérialisé. Pour faire simple : pour se développer, il faudra plus de serveurs pour répondre à la demande, notamment pour recueillir et stocker la masse de données que peuvent laisser les utilisateurs. Et là où dans le passée il suffisait d’acheter des machines supplémentaires, les start-ups passent souvent contrat avec des prestataires.

2- Plus de serveurs = plus d’optimisation : précédemment, les logiciels étaient déconnectés et fonctionnaient largement sur l’ordinateur où ils étaient installés. Aujourd’hui, les solutions cloud adoptées peuvent varier d’un besoin à l’autre et doivent pourtant souvent fonctionner entre elles, ce qui peut requérir un besoin d’optimisation.

3- Une solution = plusieurs versions : pour une même solution, une société qui commercialise en cloud doit de plus en plus développer des versions web, smartphone et tablette, en prenant en compte les différents systèmes d’exploitation (iOS, Android, Windows Phone…), ce qui nécessite des développeurs polyvalents ou spécialisés. Sans cela, elle peut se retrouver dans l’incapacité de satisfaire une partie de la demande.

4- Une demande mondiale : le cloud permet de commercialiser ses solutions hors des circuits de distribution physiques, comme les magasins. La prestation, la facturation et le paiement peuvent de faire en ligne. Une entreprise peut donc se décloisonner plus facilement de son marché pour s’adresser à une demande mondiale.

5- Gérer le volume variable de la demande : lorsque les logiciels étaient déconnectés, le parc équipé était connu et plus facilement gérable. Désormais, les souscriptions à un service, sous forme d’abonnement mensuel (ex : Saas) peuvent survenir à n’importe quel moment de la journée, même la nuit. Il faut gérer de façon permanente l’évolution de cette demande, notamment lorsque les abonnements sont mensuels et sans engagement de durée, ce qui favorise la volatilité de la demande puisqu’il est plus facile et rapide d’adopter une solution concurrente.

6- Un service client à la hauteur : fini le temps où un utilisateur se rendait en magasin pour obtenir des explications lorsqu’il rencontrait un problème. Avec le cloud, les utilisateurs font tout en ligne, y compris pour émettre leurs requêtes et trouver des réponses plus rapidement. Certaines entreprises, comme les opérateurs à bas coûts – comme B and You – ont par exemple mis des forums de discussions où les clients peuvent s’entreaider à partir d’une documentation. D’autres sociétés ont par exemple recours à des solutions de t’chat instantané.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
6 façons dont le cloud change le business model des start-ups
[DECODE RH] Avec Diane Rivière, DRH / CHRO (Amazon, Adecco, Axa)
La Silicon Valley, tu passes ou tu t’en passes? 1/2
La startup R-Pur lève 2,5 millions d’euros pour ses masques anti-pollution
[PORTRAIT] Baptiste Robert, le hacker traqueur de failles à la renommée internationale
[Made in Switzerland] La Suisse à Slush 2019
Les offres d’emploi de la semaine
Copy link