AcquisitionActualitéBusinessMediaTech

A quelques jours de VivaTech, Les Echos s’offrent Netexplo

 

Créée en 2007 par Martine Bidegain et Thierry Happe, Netexplo s’est positionné comme l’un des acteurs clés de conférences sur l’innovation aux côtés d’USI organisé par OCTO Technology, récemment acquis par Accenture Digital, ou encore Leade.rs créé par Loïc Le Meur. Elle se définit comme l’«Observatoire indépendant qui étudie l’impact du digital sur la société et les entreprises».

Chaque année, Netexplo identifie dans le monde les usages émergents qui dessinent la société de demain. L’entreprise organise les forums du même nom, durant lesquels se tiennent diverses conférences liées au numérique. L’objectif de ces rendez-vous est de révéler le meilleur d’une année d’observation de l’innovation numérique mondiale et d’imaginer de nouveaux usages pour l’entreprise.

Offensive des Echos dans la Tech

L’entreprise, qui emploie 7 salariés en permanence, a réalisé un chiffre d’affaires de 4,4 millions d’euros en 2016 pour un bénéfice net de 438 900 euros.

Cette acquisition s’inscrit dans la stratégie du groupe Les Echos d’investir le secteur Tech et de se positionner face aux pure-players, à l’instar de FrenchWeb ou du Hub Institute, organisateur du Hub Forum.

Il s’agit aussi de renforcer l’activité événenementielle centrée sur VivaTech, une structure commune avec le Groupe Publicis, dont la pérenité n’est pas assurée au regard des pertes réalisées et ce malgré la taille de l’événement.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
A quelques jours de VivaTech, Les Echos s’offrent Netexplo
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD
Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés