ActualitéLes contributeursLes ExpertsSemaine de l'emploi

Accélération des évolutions métiers: remettre son employabilité et celle de ses collaborateurs au cœur des préoccupations

Par Emmanuel Stanislas, fondateur, et Cécile Eymard, consultante senior de Clémentine, cabinet de recrutement digital & IT

Employabilité: tous concernés, tous en charge

Face aux nouvelles exigences professionnelles, toutes les compétences «vieillissent» et cessent d’être adaptées. Les méthodes en usage et le style de management subissent le même sort et on ne travaille plus aujourd’hui comme on le faisait ne serait-ce qu’il y a dix ans. Quand l’accélération des transformations reste intense, que faire pour rester en phase avec l’activité de l’entreprise et ses mutations?

L’accélération des évolutions technologiques, des évolutions métiers et usages le confirme : cultiver une employabilité maximale (et soutenir celle de ses équipes) est devenu un enjeu central. Au-delà des forces en présence, les entreprises doivent aussi s’armer pour faire face à la difficulté qu’il peut y avoir à recruter (mais aussi à intégrer de nouveaux talents) en prenant des mesures pour faire évoluer les compétences – nombreuses et précieuses – des collaborateurs déjà en poste.

Cultiver la nouveauté:

Devenir «has been» n’arrive pas en un jour; toutefois, s’améliorer, évoluer vers d’autres métiers, est une question de durée et d’interrogations régulières: qu’est-ce qui a changé, change en ce moment et va évoluer dans le marché ? Chez les clients, chez les concurrents, ou au sein même de l’organisation? Etc. L’erreur la plus fréquente aujourd’hui est de penser que ce travail de questionnement serait uniquement l’affaire de l’employeur et de la RH, (ou plus généralement de la société), bref, l’affaire… de quelqu’un d’autre ! C’est en vérité l’affaire de tous et surtout de chacun. Il faut éviter de laisser passer les années avant d’adopter les bons réflexes de «veille» et les diffuser parmi ses collaborateurs. S’abonner à des newsletters, participer des salons, des workshops et des conférences, sont autant d’élément identifiés – par les employeurs, comme par les collaborateurs – et intégrables aisément à une «routine» professionnelle.

La liquidité de l’information, une aubaine pour l’amélioration continue:

Le paradigme de l’information est aujourd’hui renversé et il parait difficile voire impossible de ne pas s’informer : par le passé, l’accès à certaines informations était limité en raison des contraintes de distance, complexité, périodicité… À l’heure actuelle, elle n’ont jamais elles n’auront été aussi disponibles. Un keynote à San Francisco vous intéresse ou concerne l’un de vos collaborateurs clef : il sera retransmis en ligne ; plus besoin d’être sur place pour accéder à l’ensemble des conférences, tables rondes, rencontres, etc proposées. Nombre de contenus sont désormais accessibles en ligne – en live et/ou en replay, voire gratuitement (Moocs, webinars, chaînes youtube, etc). Il est possible d’obtenir l’avis de professionnels venant du monde entier, de suivre les tendances et prendre l’air du temps. Enfin, les réseaux sociaux et les personnes dans notre réseau relaient pléthore de réflexions, remarques et avis, diffusés par des pairs qui sont autant de moyens de se tenir à jour.

Le miroir de nos pairs:

S’assurer de son employabilité est une autre façon de prendre soin de soi, laquelle ne doit pas être un impératif contraignant, mais l’occasion de gagner, à terme, en bien-être au travail. Solliciter ses managers, des collègues, comme des partenaires pour obtenir des feedbacks est un outil précieux. A l’interne, les évaluations 360 sont devenues légion et à l’externe, il est également possible de se mesurer aux attentes du marché, effectuer un bilan de compétences, et pourquoi pas, avoir des échanges avec les recruteurs du secteur où l’on évolue ? Suis-je capable de faire telle chose ? Quel plaisir puis-je y trouver et pourquoi ? C’est ainsi que de nombreux professionnels, tous secteurs confondus, n’hésitent plus aujourd’hui à demander, (et pour certains même à s’offrir) des formations à la prise de parole en public, à la communication non violente, etc. Avec pour principal objectif : ne pas perdre de vue l’évolution des échanges professionnels (plus de communications skype, de vidéo-conférences, de prises de parole, etc.), et de celle des méthodes de travail et/ou de management.

Trouver le format qui s’intègre avec fluidité à l’activité:

Le constat est sans appel : l’employabilité se renforce au gré de réflexes et habitudes prises, bien plus qu’au travers d’efforts ponctuels ou de « remises à jour » radicales. C’est d’ailleurs sur ce point précis que se situe le défi car l’opération exceptionnelle, le coup d’éclat, est plus aisé que de la démarche permanente, qui s’inscrit dans la durée ! Assurer l’employabilité n’est donc pas uniquement une affaire de dispositifs légaux. Cependant, face au « tout accessible », se pose encore la question du temps disponible pour se tenir informé des dernières évolutions alors même que 71% des professionnels se plaignent déjà… d’un manque de temps.  Ce constat fait donc passer au statut ‘urgent’ l’aménagement / la négociation d’un véritable temps de « veille » et de partage de l’information sur le lieu de travail afin de pouvoir se former en permanence. À ce temps dédié doit pouvoir s’ajouter la mise en place de dispositifs digitaux (base de connaissances internes, tutoriels conçus par les « sachants » de l’entreprise, etc.) comme de dispositifs humains. Ce type de démarche permet d’assurer la ‘remontée des compétences’ en faisant en sorte que les usages / méthodes / références des nouvelles recrues soient diffusées et partagées par le plus grand nombre en intern et le digital se positionne à ce sujet comme un levier de choix. Le reverse mentoring, les workshops réalisés par les « sachants » de l’entreprise, l’accompagnement quotidien, etc. permettent de proposer de nouveaux formats d’apprentissage qu’il nous appartient de mobiliser intelligemment pour soutenir l’employabilité de tous dans l’organisation.

Le contributeur :

 

Emmanuel Stanislas est le fondateur de Clémentine, Cabinet de recrutement digital & IT.

 

Cécile Eymard est Consultante senior en recrutement spécialisée Digital / IT chez Clémentine

Tags
Plus d'infos

contributeur

Les contributeurs sont des auteurs indépendants de la Rédaction de FrenchWeb. Leurs propos et positions leurs sont personnels.

Sur le même sujet

Share This