ActualitéBusinessInvestissementsLes levées de fondsMarketing & CommunicationStartup

AdTech : Kamp’n lève 2 millions d’euros pour épauler les annonceurs sur les réseaux sociaux

Sur un marché français de la publicité digitale pesant près de 5 milliards d’euros, ce sont Google et Facebook qui ont capté 94% de la croissance du secteur l’an passé, selon les chiffres de l’Observatoire de l’e-pub, compilés par le Syndicat des régies Internet (SRI) avec PwC et l’Udecam. En 2018, le marché français a ainsi progressé de 17% sur un an sous l’impulsion de ces deux acteurs, soit sa meilleure performance depuis dix ans. 

Devant la domination écrasante du duopole Google-Facebook, il est difficile pour les annonceurs de se passer des services des deux géants américains pour déployer leurs campagnes publicitaires en ligne. Dans ce contexte, les marques doivent jouer des coudes pour s’offrir la meilleure visibilité possible sur les plateformes détenues par Google et Facebook. 

Sans surprise, le nerf de la guerre se joue dans la collecte des données pour déclencher les campagnes publicitaires au bon moment et auprès de la bonne cible. Un casse-tête pour les annonceurs auquel s’est intéressé la start-up française Kamp’n. Après avoir levé 1 million d’euros en 2016, la société annonce aujourd’hui un nouveau tour de table de 2 millions d’euros. L’opération a été réalisée auprès d’ACG Management et de Provence Business Angels.

Des campagnes publicitaires contextualisées en temps réel 

Fondée en janvier 2016 par Charles Martin-Laval, Kamp’n propose une plateforme SaaS de gestion des campagnes publicitaires en ligne à destination des entreprises. Elle leur permet ainsi d’optimiser leurs campagnes digitales sur Facebook, Instagram et Google. Concrètement, la solution s’appuie sur les données des clients et se connecte à des API partenaires pour contextualiser en temps réel les campagnes marketing en fonction de plusieurs paramètres, comme la météo, la période de l’année ou des événements sportifs par exemple, et ainsi les rendre plus pertinentes et performantes. A ce jour, la société compte une centaine de clients, dont But, Winamax et France Télévisions. 

Avec ce tour de table, Kamp’n, qui dispose d’un bureau à Paris et d’un centre de R&D à Marseille, prévoit de consolider sa position sur le marché français et de poursuivre son développement à l’international. Dans le même temps, la jeune pousse va doubler ses effectifs et étendre sa solution à de nouvelles plateformes, notamment Pinterest, Snap ou encore Twitter, pour améliorer les performances publicitaires des annonceurs sur l’ensemble des réseaux sociaux qui sont autant de canaux essentiels dans le marketing digital. Ces efforts doivent permettre à l’entreprise de porter son portefeuille de clients à 200 références d’ici la fin de l’année. Le marché de la publicité digitale, hors Google et Facebook, devrait représenter 122 milliards d’euros à l’horizon 2022, avec une croissance de 70% en l’espace de quatre ans.

Kamp’n : les données clés

Fondateur : Charles Martin-Laval
Création : 2016
Siège social : Paris
Secteur : AdTech
Marché : plateforme de gestion et d’optimisation des campagnes publicitaires sur les réseaux sociaux
Concurrents : Smartly, Make Me Reach, The Next Ad…


Financement : 2 millions d’euros en septembre 2019 auprès d’ACG Management et de Provence Business Angels, 1 million d’euros en septembre 2016 auprès de Bpifrance et de business angels

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
AdTech : Kamp’n lève 2 millions d’euros pour épauler les annonceurs sur les réseaux sociaux
Syntec Numérique
Syntec Numérique et TECH IN France fusionnent pour devenir l’organisation de référence de la Tech
[Evénement Virtuel] Les Nouveaux enjeux de la Digital Workplace & du Travail Hybride
Cédric O nous dévoile la seconde édition du French Tech Community Fund
Ornikar: pourquoi les auto-écoles doivent se tourner vers le digital
IA: Accenture fait concourir son voilier sans pilote au Vendée Globe virtuel
carrefour
La Cnil condamne Carrefour à une amende de 3 millions d’euros pour manquements au RGPD