ActualitéAmérique du nordBusinessTechTransport

Apple dicte ses règles en matière de voiture autonome

Apple laisse entendre qu’elle ne construira probablement pas un véhicule sans chauffeur dans son intégralité. C’est ce que révèle une lettre de Steve Kenner, directeur en charge de l’intégrité des produits chez Apple, adressée le 22 novembre dernier à l’agence fédérale de sécurité routière américaine (NHTSA).

Désormais, la marque à la pomme concentrerait ses efforts sur un système de conduite autonome que la firme américaine commercialiserait auprès de constructeurs existants. Selon Bloomberg, Apple se donne jusqu’à fin 2017 pour décider de l’orientation à donner au projet.

Le rêve d’une voiture autonome conçue par Apple s’était essoufflé fin 2015 en raison de conflits internes. Steve Zadesky, ancien ingénieur de Ford à la tête du projet de voiture autonome d'Apple, avait notamment quitté l'entreprise californienne début 2016. Baptisé Titan, le projet de voiture autonome d'Apple avait été lancé en 2014 dans le but de vendre 500 000 véhicules dès la première année de production, à l’horizon 2020. Dans ce cadre, l’entreprise dirigée par Tim Cook avait recruté une unité de 1 000 collaborateurs spécialement dédiée à ce projet.

Apple propose le partage des données entre constructeurs

Dans la lettre de Steve Kenner, longue de cinq pages, ce dernier affirme que la marque à la pomme «investit lourdement dans le machine learning et l’automatisation» pour plusieurs objectifs, «comprenant le transport». Ces déclarations officialisent ainsi l’existence d’un projet de voiture autonome au sein d’Apple

Dans le document, Apple indique également qu’elle soutient le plan de la NHTSA pour que les entreprises de l’industrie automobile partagent des données sur les accidents. Cette mesure vise à améliorer la technologie qui régit le fonctionnement des voitures autonomes. Cependant, l’Alliance des constructeurs automobiles, qui représente les grandes entreprises du secteur, comme General Motors et Ford, a d’ores et déjà mis en doute la faisabilité d’un partage des données, expliquant qu’il était déraisonnable et «peu orthodoxe» de partager des informations entre concurrents.

«Les constructeurs établis et les nouveaux venus doivent être traités équitablement»

Pour ne pas freiner les ambitions d’Apple sur le marché de la voiture autonome, Steve Kanner exhorte la NHTSA à ne pas introduire trop de règles sur les essais de voitures autonomes, en déclarant que «les constructeurs établis et les nouveaux venus doivent être traités équitablement». Dans ce sens, il appelle l’agence fédérale à travailler avec des groupes internationaux pour développer une «approche harmonisée pour les véhicules automatisés».

Dans un environnement très concurrentiel, Apple doit affronter de nombreux acteurs, à l’image de Tesla, Uber, qui a mis en service sa voiture sans chauffeur à Pittsburgh en septembre, ou encore Google, qui travaille avec Fiat pour développer une flotte de 100 véhicules dotés de capteurs

Lire aussi :

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Apple dicte ses règles en matière de voiture autonome
Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux
Coronavirus : Orange limite la casse au premier semestre
Kiosques en ligne : Cafeyn s’offre le Néerlandais Blendle pour devenir un champion européen
Samsung: le confinement propulse le bénéfice net du groupe à près de 4 milliards d’euros
Mode : une course à la digitalisation nécessaire
Malgré Trump, Huawei devient le numéro un mondial des smartphones
Copy link