ActualitéBusinessEuropeTech

Après une campagne Kickstarter réussie, la startup Holi met la clé sous la porte

Plus de 800 000 euros levés sur des plateformes de financement participatif comme Kickstater ou encore Indiegogo, un prix de l’Innovation reçu au CES en 2017, plusieurs interventions dans les médias… et depuis le 22 janvier, plus rien. Comme l’a repéré Numerama, la startup française Holi qui développait notamment le réveil connecté Bonjour a fermé ses portes, laissant des centaines de contributeurs dans l’impossibilité de recevoir leur produit.

Twitter, Facebook, site Internet de l’entreprise (celui-ci est depuis à nouveau accessible) tout a disparu. Mais Internet détestant le vide, un compte Twitter au nom d’@HOLI_BONJOUR a vu le jour. Celui-ci s’occupe de recenser, en les retweetant, toutes les personnes qui tentent d’adresser leurs doléances au défunt compte Twitter de la marque. Mais que s’est-il passé?

Un produit pas encore viable

Connecté, le réveil développé par Bonjour devait permettre à ses utilisateurs d’avoir accès à leur météo locale, à leur liste de lecture Spotify ou encore à leur système d’éclairage Philips Hue, le tout avec avec une activation et un contrôle par commande vocale. «Vous définissez les conditions dans lesquelles tous ces services s’exécutent et interagissent les uns avec les autres chaque matin pendant que Bonjour interprète les informations de chaque application. Grâce à la technologie d’intelligence artificielle de conversation naturelle, Bonjour parle et planifie la journée à venir avec vous », décrivait alors l’entreprise. Mais les ennuis ont commencé dès les envois des premières commandes issues de la campagne de financement participatif. On retrouve ainsi plusieurs témoignages de personnes ayant reçu un appareil… mais qui ne fonctionnait pas correctement.

Le produit n’était donc tout simplement pas encore viable. Ce que confirme la startup dans son message officiel laissé sur Kickstarter. Elle revient sur son aventure et en tire cinq leçons, dont la première: « Un prototype en état de marche ne représente pas une preuve de concept ». «Lorsque nous avons présenté le projet, nous avions un prototype fonctionnel. Mais cela était inutile tant pour l’industrialisation du produit que pour le développement technique. Nous avons dû retravailler toute la conception et le développement du produit pour répondre aux critères de production de masse et réaménager l’ensemble de l’architecture technique».

Mais même ceux qui avaient reçu un objet fonctionnel ne pourront plus s’en servir d’ici février, les serveurs ne pouvant plus être payés. L’entreprise explique avoir essayé de trouver une solution en donnant accès au code source afin qu’il puisse être installer sur ordinateur pour faire fonctionner le réveil localement. Mais, «nos avocats nous ont averti que c’était illégal», conclut Holi.

Les utilisateurs se retrouvent donc sans solution, tandis que ceux qui attendent le leur savent déjà qu’ils ne se feront pas rembourser par Kickstater. La plateforme de financement étant très claire sur ce sujet dans les FAQ. «Non, aucun remboursement ne peut être proposé par Kickstarter, car les transactions ont lieu entre le créateur et ses contributeurs. Si vous souhaitez demander un remboursement, nous vous invitons à contacter le créateur directement». La maison-mère d’Holi, Five Five, est déjà notée en « cours de liquidation » sur Societe.com. Il y a donc très peu de chance pour que les clients lésés soient un jour remboursés.

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Après une campagne Kickstarter réussie, la startup Holi met la clé sous la porte
Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit dès dimanche aux États-Unis
PayFit : une politique de télétravail faite de confiance et de mobilité géographique
Jeux vidéo: pourquoi l’avenir des consoles reste incertain
Apple poursuit sa conquête du marché indien avec l’ouverture de son premier magasin en ligne
Glwadys Le Moulnier : « La classe sociale détermine la difficulté avec laquelle on peut entreprendre »
Coronavirus, racisme, élections: comment Facebook veut calmer les échanges entre ses employés
Copy link