Au Féminin, chiffre d’affaires en hausse, résultat net en baisse

Au Feminin vient de présenter ses résultats 2009 avec une hausse du chiffre d’afffaires de 17%. Malgré cette progression, la société détenue à 82% par le groupe allemand Axel Springer, a vu son résultat net baisser de 12% en raison d’une forte hausse de ses charges opérationnelles.


Après prise en compte d’un résultat financier impacté par la baisse des taux, le résultat net part du groupe s’établit à 5,6 M€, soit une marge nette de 19,6%. auFeminin.com bénéficie d’une situation financièresolide avec 44 M€ de capitaux propres, aucune dette et 21 M€ de trésorerie de clôture.

Il faut dire qu’en 2009, Au Féminin a ouvert le bureau allemand de SmartAdserver GmbH, assuré le lancement des sites MyBeautyCase.de et Bildderfrau.de. Enfin, le groupe a lancé oFeminin.pl en Pologne et pris une participation dans hervietnam.com. A elle seule la filiale allemande a vu ses charges augmenter de 1,8 millions d’euros

Les projets 2010 d’Au Féminin auront pour objectifs:

  • L’accroissement de l’audience notamment au travers de l’enrichissement du contenu éditorial et des fonctionnalités, de ses sites
  • Le renforcement des marques auFeminin, Marmiton, SantéAZ et Onmeda
  • Le développement du network.

Enfin, le groupe souhaite accélérer le déploiement de Smartadserver, et le développement de campagnes de publicité à l’international.

Richard Menneveux

CEO & Editor in Chief@Decode Media / Pour me contacter: richard@decode.media / Pour communiquer sur FrenchWeb, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Au Féminin, chiffre d’affaires en hausse, résultat net en baisse
Syntec Numérique
Syntec Numérique et TECH IN France fusionnent pour devenir l’organisation de référence de la Tech
[Evénement Virtuel] Les Nouveaux enjeux de la Digital Workplace & du Travail Hybride
Cédric O nous dévoile la seconde édition du French Tech Community Fund
Ornikar: pourquoi les auto-écoles doivent se tourner vers le digital
IA: Accenture fait concourir son voilier sans pilote au Vendée Globe virtuel
Getaround (ex-Drivy) se rêve en nouvel «Autolib» parisien