A la uneActualité

Auto: Kalading, la start-up chinoise de la réparation instantanée, lève 10 millions de dollars

Voilà un service aux particuliers que l’on verra peut-être un jour débarquer en France. La start-up Kalading a annoncé avoir levé 10 millions de dollars en série A auprès des fonds CBC Capital avec la participation de Geek Partners et Gob Partners. Basée à Pékin, la société met en relation les automobiliste en panne et des réparateurs, via le service chinois WeChat ou un numéro de téléphone, précise TechInAsia.

Ce service à la demande repose sur une main d’oeuvre pléthorique en Chine, mais pas forcément de qualité. Kalading assure ainsi une formation à ces dépanneurs à la demande, employés à temps-plein. En plus des frais de service, la société prélève des marges sur les produits vendus aux conducteurs pour la réparation de leur véhicule. Elle détient en effet les licences lui permettant de revendre des pièces Castrol, ExonnMobile, entre autres.

Les fonds levés lui permettront notamment de développer sa propre application mobile dont elle ne dispose pas encore.

Kalading pourrait donc à l’avenir faire partie de ces start-up chinoises au business juteux, et qui misent sur les besoins immédiats des utilisateurs. Dans le secteur des services à la demande, Tencent est d’ailleurs le géant chinois qui vient d’être valorisé plus de 200 milliards de dollars.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Auto: Kalading, la start-up chinoise de la réparation instantanée, lève 10 millions de dollars
FinTech: la banque publique russe Sberbank entérine sa transformation en géant de la Tech
Podcasts : La voix est-elle le nouveau graal des médias numériques ?
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Malgré son éviction par Apple et Google, Fortnite génère toujours plus de revenus
[DECODE Brésil] La FinTech et l’e-commerce défient la pandémie en Amérique latine
Gate Watcher : « Chaque pays européen souhaite avoir son industrie de la cybersécurité »
Copy link