ActualitéTech

Des missiles à la cybersécurité: l’Américain Raytheon prend le contrôle de Websense

La société californienne d’aérospatiale et de défense Raytheon se renforce sur la cybersécurité. Elle vient de débourser 1,9 milliard de dollars pour acquérir Websense, a indiqué l’agence Reuters samedi 18 avril, citant des sources proches du dossier et confirmant une information du site spécialisé dans la high-tech CRN. Websense, spécialisée dans la sécurité des réseaux informatiques, appartenait précédemment au fonds de capital-investissement Vista Equity Partners. Ce fonds conserve toutefois 20% du capital. « Raytheon paie l’équivalent de plus de quatre à cinq fois le chiffre d’affaires annuel de Websense » a précisé le Wall Street Journal ce lundi.

TritonAPX , Websense ACE et Websense ThreatSeeker Intelligence Cloud sont les trois services commercialisés (en Saas si besoin) par cette entreprise fondée à San Diego en 1994. Websense, cotée au Nasdaq depuis l’an 2000, emploie environ 1 500 personnes, aux Etats-Unis et à l’international, et notamment en France. Ces dispositifs permettent aux entreprises de sécuriser les informations qu’elles détiennent.

Ce n’est pas la première fois que Raytheon, fabricant de missiles et d’armes de précision, s’intéresse à une entreprise du domaine de la cybersécurité. L’Américain avait mis la main sur Blackbird Technologies pour 420 millions de dollars en novembre dernier.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Des missiles à la cybersécurité: l’Américain Raytheon prend le contrôle de Websense
Smartphones: Huawei laisse sa place de numéro un mondial à Samsung
En pleine crise, les GAFA affichent des profits flamboyants
TousAntiCovid: comment l’application se réinvente pour le reconfinement
TravelTech: GetYourGuide lève 114 millions d’euros auprès de Searchlight Capital et SoftBank
Ciblage publicitaire: Apple défend ses nouvelles restrictions après une plainte déposée en France
Les GAFA toujours plus forts malgré les critiques ?