Actualité

Avec Gmailify, Google chasse sur les terres de ses concurrents

En mai 2015, Google annonçait que Gmail franchissait les 900 millions d'utilisateurs dans le monde, ce qui en faisait l'une des principales messageries du Web. Désormais, pour aller plus loin, Gmail va chercher de nouveaux utilisateurs chez ses concurrents. Google vient en effet de lancer Gmailify, une option qui propose aux utilisateurs d'autres services d'e-mail de relier leur compte à Gmail afin de bénéficier des mêmes fonctionnalités.

Il s'agit par exemple de la protection anti-spam de Gmail, de l'organisation de la boîte de réception en catégories ou même de Google Now. Pour cela, les internautes doivent télécharger l'application Gmail, indiquer leur compte e-mail et suivre la procédure. Pour l'instant, l'option ne fonctionne que pour les comptes Yahoo! Mail, Hotmail ou Outlook. Mais Google indique qu'il sera possible d'utiliser d'autres prestataires d'e-mail.

Ce n'est pas la première fois que Google mène une telle initiative puisque l'an passé, le groupe avait lancé une nouvelle fonctionnalité permettant de gérer plusieurs adresses e-mail depuis une seule et même interface, via l'option «All Inboxes». Il était alors possible de consulter l'intégralité des courriels sans avoir à passer d'un compte à un autre. D'autres acteurs du Web proposaient également une telle fonctionnalité. Yahoo! Mail propose ainsi de gérer ses comptes Gmail directement depuis son application mobile.

Crédit photo: Fotolia, banque d'images, vecteurs et videos libres de droits
Bouton retour en haut de la page
Avec Gmailify, Google chasse sur les terres de ses concurrents
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya
[Build Up] Hublo rachète Mstaff pour compléter son offre de gestion des remplacements du personnel de santé
Ukraine: Microsoft prévient que la cyberattaque pourrait rendre inopérables les sites gouvernementaux