BusinessFinTechFrenchWeb BusinessLes émissions

Avolta dresse le panorama des ICO en France

La semaine dernière, Jean-Pierre Landau, sous-gouverneur honoraire de la Banque de France, remettait son rapport sur les cryptomonnaies à Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances. Très attendu, le document met en lumière une position finalement plus souple que prévue sur les monnaies virtuelles. Alors qu’il comparait en 2014 le secteur à une tulipe moderne, en référence à la tulipomania, premier exemple connu de crise spéculative, au XVIIème siècle aux Pays-Bas, Jean-Pierre Landau adopte cette fois un ton plus adouci. «Malgré les interrogations qu’elles suscitent, il n’est pas proposé de réguler directement les cryptomonnaies. Ce n’est aujourd’hui ni souhaitable, ni nécessaire», est-il écrit dans le rapport.

Parmi les questions abordées dans cet ouvrage d’une centaine de pages, figure en bonne place celle des ICO. De plus en plus utilisées, les ICO (Initial Coin Offerings), c’est-à-dire des levées de fonds en cryptomonnaies, sont devenues des moyens faciles pour les entreprises du monde entier afin de lever des millions de dollars en l’espace de quelques minutes, à l’image de Telegram. Si ce mécanisme de financement est déjà très populaire en Asie et aux États-Unis, il commence à prendre de l’ampleur en France. Un essor auquel s’est intéressé la banque d’affaires Avolta Partners pour éclairer la mission dirigée par Jean-Pierre Landau.

Dans son Baromètre des ICO en France, Avolta Partners s’est ainsi attelé à dresser un état des lieux des levées de fonds en cryptomonnaies effectuées dans l’Hexagone. Entre 2014 et 2018, et essentiellement au cours de ces 18 derniers mois, la banque d’affaires a identifié 16 ICO domiciliées en France et possédant une équipe française, qui ont permis de récolter environ 130 millions de dollars, pour un peu moins de 340 millions de dollars de valeur réellement émise sur le marché.

Bouton retour en haut de la page
Avolta dresse le panorama des ICO en France
[Série A] Sastrify lève 15 millions de dollars auprès de FirstMark Capital
Gojob, la startup qui veut revaloriser le statut de l’interim grâce à l’IA
SEM: les changements et tendances 2022 vus par datashake
[Serie C] Wandercraft lève 45 millions de dollars pour accélérer son développement aux États-Unis
Alban Sayag, COO de YouSign
[Build Up] YouSign accélère son développement produit avec l’acquisition de Canyon
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers