ActualitéStartup

Babbler: « La réussite d’un projet tient dans l’exécution plus que dans l’idée »

[Interview initialement publié le 23 mai 2015]

Babbler est un projet porté par deux sœurs: Sarah Azan et Hannah Oiknine. Fondée en septembre 2012, la start-up met gratuitement à disposition des médias une plateforme sociale d’échange de contenus alimentée par des professionnels des relations presse ayant payé pour cela. En 2013, elle a dégagé 150 000 euros de chiffre d’affaires, et 400 000 euros en 2014. La société espère atteindre les 850 000 euros de volume d’affaires en 2015.

Dans cette interview, les deux jeunes entrepreneuses racontent les débuts de l’entreprise, de la sous-traitance en Inde pour réaliser une version bêta à la recherche de financements. Elles évoquent ensuite leur point de vue sur les jeunes qui montent leur start-up dès la sortie de leurs études. Elles expliquent aussi ce que leur a apporté l’entrepreneuriat.

Sarah Azan et Hannah Oiknine font partie de la soixantaine d’entrepreneurs français de la Tech qu’a rencontré l’équipe de Frenchweb à l’occasion du tournage du documentaire We Love Entrepreneurs.

We Love Entrepreneurs est disponible en streaming gratuitement sur Dailymotion. We Love Entrepreneurs c’est aussi un magazine en ligne consacré à la nouvelle génération d’entrepreneurs.

Voir aussi :

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Babbler: « La réussite d’un projet tient dans l’exécution plus que dans l’idée »
Téléphonie d’entreprise : Ringover lève 10 millions d’euros auprès d’Expedition Capital
Valorisé à près d’un milliard de dollars, le réseau social Clubhouse passe à la vitesse supérieure
Portée par sa « stratégie de diversification », Apple devient la marque la plus valorisée au monde
YouStock lève 2,3 millions d’euros auprès de First Risk Capital et Bpifrance
Twitter lance Birdwatch pour que ses utilisateurs luttent eux-mêmes contre la désinformation
[NEXT40] Crédit à la consommation: comment Younited Credit « challenge » les acteurs traditionnels