A la uneRetail & eCommerce

Thierry Petit (Showroomprivé) « En France, on manque d’outils pour motiver les salariés »

Créer une entreprise et devenir son propre patron était une évidence pour Thierry Petit. A 25 ans, avide de liberté, il se lance dans sa première aventure entrepreneuriale. Il fonde alors le premier comparateur de prix sur Internet, Toobo. Il a ensuite fondé un premier projet de média, revendu, puis assuré la direction de la revueMouvement. En 2006, de retour de deux ans de voyage autour du monde, il cofonde Showroomprivé avec David Dayan, spécialiste du destockage. Depuis l’entreprise est passée de 0 à 600 salariés. Elle affiche 480 millions d’euros de chiffre d’affaires sur 2014 et ouvrira un site consacré à la logistique à Roubaix au mois de septembre.

Thierry Petit fait partie des entrepreneurs français qu’a rencontré l’équipe de FrenchWeb à l’occasion du tournage du documentaire We Love Entrepreneurs. Il livre ici sa vision de l’entrepreneuriat et du management. Cet ingénieur de formation considère que « le statut d’entrepreneur ne couvre pas suffisamment les risques » et que l’on « manque d’outils pour motiver les salariés ».

We Love Entrepreneurs est disponible en streaming gratuitement sur Dailymotion. We Love Entrepreneurs c’est aussi un magazine en ligne consacré à la nouvelle génération d’entrepreneurs.

Voir aussi :

>> Jean-Louis Bénard (Brainsonic): « Le fondateur d’OVH est pour moi LA référence de l’entrepreneur français »

>> Richard Ollier (Giroptic): « L’entrepreneur est là pour prendre des coups et continuer à sourire »

Adeline Raynal

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Thierry Petit (Showroomprivé) « En France, on manque d’outils pour motiver les salariés »
Entre croissance externe et ouverture de pays: la stratégie agressive de Vinted 
Mira Beauty: comment cette startup californienne a-t-elle inventé l’enseigne du futur?
Après avoir surfer sur le boom du e-commerce, la startup polonaise InPost s’apprête à entrer en Bourse
Pourquoi les marques de beauté devraient accorder plus d’attention au « social selling »
wish
Wish: une entrée en Bourse décevante pour la plateforme d’e-commerce
Retail: la gestion des stocks, nouvel enjeu capital