ActualitéLes levées de fonds

[Billetterie en ligne] Nouvelle levée de fonds pour Eventbrite, valorisée à 700 millions de dollars

La start-up co-fondée par le français Renaud Visage, concurrente d’Amiando, vient de boucler un tour de financement de 60 millions de dollars.

Le spécialiste américain de la billetterie en ligne Evenbrite vient de boucler un tour de table de 60 millions de dollars auprès de T. Rowe Price Group et de Tiger Global. Une opération qui valoriserait la start-up entre 600 et 700 millions de dollars.

Basée à San Francisco et co-fondée en 2006 par le français Renaud Visage, la start-up permet aux internautes de planifier, promouvoir et vendre en ligne des billets pour tous types d’événements. La société compte parmi ses investisseurs : Tiger Global, Sequoia Capital, DAG Ventures ou encore Tenaya Capital. Elle a récemment revendiqué avoir passé le cap des 100M de billets traités.

Cette augmentation de capital devrait permettre à Eventbrite d’innover dans son modèle de billetterie en ligne. La start-up, dont l’introduction en bourse semble prendre plus de temps, devrait notamment concentrer son développement sur le mobile, comme l’indique The Next Web.

La dernière levée de fonds d’Eventbrite s’est élevée à 50M $.

Retrouvez le sujet [3 questions à] Eventbrite : « Plus de 30 millions de dollars investis dans notre technologie » ainsi que l’interview de Julia et Kévin Hartz, co-fondateurs d’Eventbrite:

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Billetterie en ligne] Nouvelle levée de fonds pour Eventbrite, valorisée à 700 millions de dollars
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?