Actualité

[#BitcoinLes10ans] Les dix ans qui ont forgé la légende du bitcoin

Avec l'AFP

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

De sa fondation dans un livre blanc anonyme au projet controversé d’en faire un produit financier en Bourse, le bitcoin a souvent défrayé la chronique. Retour sur les événements, marquants ou anecdotiques, qui ont forgé la sulfureuse légende de cette cryptomonnaie.

La bible du bitcoin

C’est le 31 octobre 2008 qu’est publié sur internet le livre blanc présentant le projet du bitcoin. Son auteur: Satoshi Nakamoto, un pseudonyme et l’identité de la personne ou du groupe qui se cache derrière demeure inconnue.
Dans l’ouvrage de huit pages, M. Nakamoto présente l’objectif de sa cryptomonnaie: « effectuer des paiements en ligne directement d’un tiers à un autre sans passer par une institution financière ».

« Bloc genesis »

Le 3 janvier 2009 à 18H15 GMT, le premier bloc est créé, sous le nom de « bloc genesis ». 50 bitcoins sont générés. Par la suite, chaque nouveau bloc sera rattaché au précédent, le rendant infalsifiable, et chacun d’entre eux contient un morceau de l’historique des transactions. L’ensemble constitue ce qu’on appelle la blockchain.
La première transaction entre deux comptes n’interviendra véritablement que neuf jours plus tard. Le 12 janvier, pour tester son système, Satoshi Nakamoto envoie 10 bitcoins à Hal Finney, un des premiers utilisateurs de la monnaie virtuelle.

0,00076 dollar

Une première estimation de la valeur du bitcoin est réalisée le 5 octobre 2009 à partir de son coût de production. A l’époque, la meilleure façon d’obtenir des bitcoins est de « miner », c’est-à-dire d’utiliser la puissance d’un ordinateur pour effectuer des calculs.

Ces calculs induisent des dépenses supplémentaires d’électricité mais les mineurs sont récompensés à travers l’émission de nouvelles unités de cryptomonnaies. A cette époque, produire un bitcoin aux Etats-Unis coûtait environ 0,00076 dollar d’électricité. Par la suite, avec l’augmentation du nombre de mineurs, obtenir des bitcoins de cette façon sera de plus en plus difficile et coûtera de plus en plus cher.

Une pizza à près de 30 millions

Le 22 mai 2010, Laszlo Hanyecz, un développeur vivant en Floride, a payé un internaute 10 000 bitcoins pour qu’il lui livre deux pizzas. C’est la première utilisation connue de bitcoins dans le monde réel. A l’époque, aucun restaurant n’acceptait les paiements en cryptomonnaies et M. Hanyecz est donc passé par l’intermédiaire d’un utilisateur en postant une annonce sur un forum. Au taux du bitcoin de l’époque, sa commande équivalait à environ 41 dollars. Actuellement, elle représenterait l’équivalent de 64 millions de dollars (55,6 millions d’euros).
Pour la communauté des utilisateurs, le 22 mai est devenu le « Bitcoin Pizza Day » et un compte twitter poste quotidiennement la valeur actualisée de ce que M. Hanyecz a payé pour ses deux pizzas.

Disparition de Satoshi Nakamoto

Satoshi Nakamoto annonce le 12 décembre 2010 son retrait du projet. Sa dernière transaction connue a lieu quatre mois plus tard.
Depuis, l’identité et le nombre de bitcoins possédés par Satoshi Nakamoto restent une énigme, source de spéculations. En mars 2014, il réapparait brièvement en postant sur un forum un démenti à une journaliste de Newsweek affirmant avoir trouvé sa véritable identité.

MtGox s’effondre

Le 28 février 2014, après plus de deux semaines de dysfonctionnement, la principale plateforme d’échange, qui a revendiqué la gestion de 80% des transactions en bitcoins, MtGox, se déclare en faillite. Elle annonce avoir été piratée et avoir perdu quelque 477 millions de dollars (345 millions d’euros) en cryptomonnaies.
Son dirigeant d’alors, le Français Mark Karpelès, fait toujours l’objet d’une procédure judiciaire à Tokyo pour manipulation de données et détournement de fonds, des accusations qu’il réfute.

La flambée

C’est en 2017 que le bitcoin connait véritablement le succès, sa notoriété grandissante faisant flamber son cours. Alors qu’il s’échangeait légèrement en dessous de 1 000 dollars pour un bitcoin le 1er janvier, il a atteint 19 511 dollars le 18 décembre, son record absolu, selon des chiffres agglomérés par le fournisseur de données financières Bloomberg.
Dans les jours qui suivent, la bulle éclate et le bitcoin décroche lourdement, au point de ne s’échanger aujourd’hui qu’à un tiers de sa valeur record.

L’intégration au système financier?

Ces derniers mois, le possible lancement aux Etats-Unis d’un fonds indiciel adossé au bitcoin a suscité l’espoir des investisseurs, qui y voient le meilleur espoir d’un nouvel envol des cours.
Mais le gendarme boursier américain (la Security and Exchange Commission ou SEC) a pour l’instant refusé toutes les demandes, motivant ses décisions en invoquant des risques de fraudes. Une nouvelle décision concernant un des projets, jugé par les commentateurs comme le plus sérieux, doit être annoncée dans les prochains jours.

Bouton retour en haut de la page
[#BitcoinLes10ans] Les dix ans qui ont forgé la légende du bitcoin
Orange : l’ère Stéphane Richard définitivement terminée
[Nominations] Figaro Classifieds, Sendinblue, Mon Petit Placement… Les nominations de la semaine
[DECODE Quantum] A la rencontre d’Anais Dreau, chargée de recherche CNRS en physique quantique
Dix ans après son entrée en Bourse, Facebook reste incontournable malgré l’image ternie
[Silicon Carne] Faire grandir la startup economy
Facebook, Amazon, Uber, Twitter… Pourquoi la Tech américaine recrute moins qu’avant ?
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Votre adblocker bloque votre acces a FrenchWeb.Fr



Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.

Les adblockers empechent votre acces a FrenchWeb. Pour y acceder, nous vous recommandons de nous ajouter a votre liste de sites autorisés.

Merci et bon surf!

Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media