ActualitéMarketing & Communication

[Bon App’] Ahead, le Tinder des contacts pros

Chaque jour à 13h, Frenchweb vous présente une application mobile, en partenariat avec Stardust, The digital testing company spécialiste du test d’applications mobiles, de sites internet et autres services digitaux. Vous souhaitez également parrainer la rubrique Bon'App ? Cliquez ici

Pays d’origine: Etats-Unis

Editeur: Soolars Ventures LLC

Date de la dernière version: juillet 2014

Disponibilité: Android 3.2 et iOS 6.0

aheadapp

Ahead fonctionne de la même façon que Tinder, mais sur un mode professionnel. Le but est ici de rencontrer d’autres personnes ayant des compétences professionnelles qui se complètent aux nôtres pour, éventuellement, monter un projet ensemble… ou simplement s’échanger des conseils. Du speed-networking en somme !

Le fonctionnement est simple: Ahead présente des profils LinkedIn d’autres personnes, l’utilisateur dit s’il souhaite être mis en contact. Si les deux utilisateurs ont répondu par la positive, le chat devient possible. La start-up qui édite Ahead, Soolars Ventures LLC est basée en Californie et a été fondée en 2008. Parmi les co-fondateurs,un espagnol, Matti Vilola et un Français, Sebastien Vanackere. Ce dernier a étudié à l’école de commerce de l’Université de Columbia et a co-fondé six autres start-ups. Pour l’instant, l’application n’est disponible qu’en anglais.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Vous souhaitez nous faire découvrir votre application mobile? cliquez ici pour participer à Bon App!

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
[Bon App’] Ahead, le Tinder des contacts pros
À Milan, des défilés virtuels pour la Fashion Week
Covid-19: Google Maps repère et cartographie les zones d’infection
WeWork réduit la voilure en Chine
FinTech: la banque publique russe Sberbank entérine sa transformation en géant de la Tech
Podcasts : La voix est-elle le nouveau graal des médias numériques ?
YouTube
Face au boycott, Facebook, Twitter et YouTube acceptent de réguler les contenus nocifs
Copy link