Actualité

[Bon App’] SuperComputor, une application d’entraînement cérébral

SuperComputor est un jeu de calcul mental stimulant, imaginé et développé par le studio français Heliceum.

Origine : France

Date de création :  2013

Editeur :  BULL SAS

Disponibilité : gratuit sur App Store et sur Google Play

screen2 screen Awesome Note 1

L’application Supercomputor est un jeu de calcul mental qui propose de résoudre un maximum d’additions et de multiplications en un temps record et d’affronter des joueurs du monde entier pour devenir – et rester – Numéro 1 !

Cette application très addictive se distingue des autres à but éducatif par un gameplay tactile, simple et intuitif. D’autres caractéristiques ont été également mises en place pour rendre l’expérience utilisateur la plus ludique possible. Parmi elles, on retrouve :

  • une implémentation sociale permettant de défier nos amis et de partager notre score sur Facebook
  • 3 modes de jeu pour mieux cibler les besoins : Addition, multiplication et le mode double
  • 5 rangs de progression, stimulant l’apprentissage : Commencez en tant que MathKnight et devenez le TermiMathor.

 

Chaque jour à 13h, Frenchweb, en partenariat avec Stardust, spécialiste du test d’applications mobiles, vous présente une application mobile. Soumettez-nous aussi la vôtre !

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
[Bon App’] SuperComputor, une application d’entraînement cérébral
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?