ActualitéBusinessTech

[CES 2019] Même les grands salons Tech n’échappent pas aux fails

L’année dernière, des pluies torrentielles avaient provoqué une coupure d’électricité de près de deux heures au Consumer Electronics Show, salon majeur de l’électronique grand public à Las Vegas. En 2019, aucun événement d’une telle ampleur n’a affecté l’événement, qui a débuté mardi et prend fin aujourd’hui. Mais le CES 2019 a tout de même eu son lot de bugs et fails mineurs, même si l’ « accident » impliquant un robot de la société russe Promobot et une Tesla Model S s’est révélé n’être qu’une opération marketing.

  • Le 3 janvier, quelques jours seulement avant le début du salon, le président et CEO du Consumer Technology Association, qui organise le CES, a annoncé qu’ « à cause du shutdown gouvernemental, certains de nos intervenants gouvernementaux au CES 2019 nous ont alertés qu’ils doivent annuler leur déplacement à l’événement ». En raison des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, plusieurs entreprises chinoises, telles qu’Alibaba et Baidu, ont par ailleurs significativement réduit leur présence. Quant à Xiaomi, le constructeur chinois d’appareils mobiles a décidé de tout bonnement ne pas se rendre au CES 2019.
  • Pendant l’événement cette fois, Alexa a contredit sur scène un représentant de Qualcomm venu vanter les mérites de l’assistant vocal d’Amazon dans l’expérience automobile. Alors que l’homme décrivait ses capacités de recommandation d’hôtels ou de restaurants, Amazon Alexa l’a interrompu d’un « non, ce n’est pas vrai ». « Je veillerai à ne plus poser de questions à Alexa », a ajouté le représentant de Qualcomm.

  • La startup spécialisée dans les sextoys féminins Lora DiCarlo avait initialement remporté un CES Robotics Innovation Award pour son produit baptisé « Osé ». Il s’agissait de la première entrée de la société créée en 2017 au salon de Las Vegas. Mais les organisateurs du CES ont plus tard fait savoir à la startup qu’ils lui retiraient son prix, lui ôtant par la même occasion le droit d’exposer au salon. Selon Lora DiCarlo, les administrateurs de l’événement ont cité des règles contre l’ « immoralité », l’ « obscénité », ou encore l’ « indécence » que présenterait un tel produit. La décision n’a pas manqué de provoquer un débat sur la présence d’éventuels préjugés sexistes au CES.

  • Toujours en termes de sexisme, à en croire le youtubeur Eli the Computer Guy, auteur cette de la vidéo ci-dessous qui s’est rendu au CES 2019, la présence de jeunes femmes dansant en tenues légères n’a pas plu à tout le monde. Les visiteurs passant devant le stand de la marque « Bodyfriend » n’avaient en tout cas pas l’air impressionné.

  • L’alarme incendie s’est déclenchée, au deuxième jour du salon. Notons que plusieurs startups spécialisées dans les détecteurs de fumée, telles que First Alert étaient présents au CES 2019.

  • Certains capteurs de mouvement présents dans les toilettes du salon ont semblé ne pas fonctionner, ne manquant pas d’amuser le visiteur ci-dessous, qui a souligné l’ironie d’un tel disfonctionnement lors d’un « salon entièrement dédié aux appareils intuitifs connectés/intelligents, aux maisons et aux gadgets ».

  • Toujours dans l’ironie, un panneau d’affichage publicitaire numérique en panne a été aperçu lors du Consumer Electronics Show.

  • Le digital media strategist français Olivier Dassonville a assisté au « crash » d’un drone lors d’une démonstration de la société UVify d’un vol en essaim.

  • Tout événement international majeur a de grandes chances de connaître des problèmes d’organisation. Ça n’a pas manqué au CES 2019 et son after-party du 10 janvier, où « 5 000 férus de technologie » ont commencé l’événement « sans savoir où faire la queue » ou simplement ce qu’il se passait, selon le tweet ci-dessous.

  •  Enfin, moins un fail que l’ordre logique des choses, une technologie particulièrement attendue et redoutée, le smartphone pliable, représentée au CES 2019 par Royole et on FlexPai, a été raillée par les médias anglophones. The Verge l’a qualifié d’ « horrible de façon charmante » et de « dysfonctionnel ». Pour Cnet, l’appareil est « dur à tenir » et « plein de bugs ». Engadget le qualifie d’ « un peu brut », tandis que pour TechRadar, il est « assez horrible en tant que téléphone ». Gizmodo affirme que Royole « s’est un peu précipité » et Trustedreviews se demande s’il s’agit du premier « flop du pliable ».
Tags

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
[CES 2019] Même les grands salons Tech n’échappent pas aux fails
La startup Outsight lève 20 millions de dollars pour sa caméra 3D dédiée aux véhicules autonomes
E-santé: comment Sunrise favorise une médecine du sommeil individualisée et préventive
Le Français GFI Informatique renforce sa présence internationale avec l’acquisition d’une société espagnole
5 millions d’euros pour les vitrines digitales d’Evermaps
[DECODE Exit] MinuteBuzz, une exit au sein du groupe TF1 qui se termine mal
Just Eat
Livraison de repas: Just Eat refuse l’offre améliorée de Prosus
Copy link