Actualité

[Hep Chauffeur !] Quoi de neuf, Uber ?

Le service mobile de chauffeur privé s’impose petit à petit dans la capitale depuis son lancement  à Paris en décembre dernier. Uber est aujourd’hui présent dans 9 villes internationales, dont Paris et Toronto. La société dispose de 42 M de $ pour étendre son service à l’international.

Uber » src= »http://frenchweb.fr/wp-content/uploads/2012/03/Uber1-150×150.jpg » alt= » » width= »150″ height= »150″ />

La start-up fondée par Travis Kalanick en 2009, avait levé 32M$ (24Md’€) en 2011 auprès de Menlo Ventures, Jeff Bezos et Goldman Sachs. Le business model repose sur deux leviers : les clients « lambdas » qui utilisent l’application, et les sociétés de chauffeurs et artisans du secteur à la recherche de nouvelles prestations.

Le concept d’Uber : depuis le mobile, via un texto ou l’application dédiée, il suffit de demander une voiture en indiquant sa position. Le service envoie alors un chauffeur professionnel dans une voiture élégante, dans les 5 à 10 minutes qui suivent la demande. FrenchWeb a d’ailleurs testé le service « in real life ».

Uber est disponible gratuitement sur iPhone et Androïd. Le service sera prochainement ouvert aux utilisateurs du Blackberry ( info : serviceclientparis@uber.com).

Entretien avec Olivier Berger, DG Europe d’Uber et Michelle Chmielewski, Community manager, d’Uber

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

4 commentaires

  1. Je suis assez sidérée d’apprendre via votre information qu’un concept américain comme UBER bénéficie d’investisseurs français… D’autant que la législation du chauffeur privé s’oppose ouvertement au statut très privilégié des taxis français. Alors UBER roule pour qui au plan politique ?????? On se souvient qu’en 2008, le rapport Jacques Attali commandé par le pouvoir en place avait suggéré une libéralisation du statut des taxi. Cette proposition comme toutes les autres ont été rangées dans un placard.
    Est-ce un projet de droite qui ne dit pas son mot ? Que disent les syndicats de taxi ? Merci de nous informer…

  2. Les taxis sont naturellement contre ce système, tout comme ils se sont battus comme des chiffonniers pour interdire les taxi-moto.

    Maintenant, le transport privé est légalement autorisé et se développe à grande vitesse.
    Cependant, ces taxis « nouveau genre » ne profitent pas des avantages des taxis (voies de bus, accès aux aéroports sans réservation préalable, borne d’appel….).

    Je ne soutiens pas vraiment Uber, mais je les encourage à casser le monopole des taxis.

Bouton retour en haut de la page
[Hep Chauffeur !] Quoi de neuf, Uber ?
Apple s’oppose à l’arrivée de France Digitale dans la procédure judiciaire lancée par l’État
Live shopping: qui est Whatnot, la nouvelle licorne californienne financée par Google, a16z et Y Combinator?
Données personnelles: la Cnil s’attend à deux fois plus de cas de violation en 2021
Mobilité : Sharelock lève 4 millions d’euros auprès de Breega
Investissement locatif: la PropTech lilloise Brik lève 1,5 million d’euros
Marketing : ADLPerformance met la main sur la startup Reech pour investir le marché de l’influence